Mes conférences chouchous à Paris Web 2013

NB : Retrouvez toutes ces conférences – résumé, diaporama et vidéos dès que disponibles – dans le programme de Paris Web 2013.

La folle journée, ou les fourberies d’un projet

Par Julien Dubedout, Florian Boudot et Christophe Andrieu

Vous allez me dire : « Comme tout le monde ! ».
Cette conférence n’était pas seulement une réussite parce qu’elle était très drôle. C’est avant tout une excellente conférence parce qu’en même temps d’être caricaturale, elle était très juste.

Elle faisait autant de mal que de bien ; une très bonne catharsis.

Je code donc je teste…

Par Cyril Balit

Sûrement parce qu’on touche au domaine de la qualité. Mais aussi parce que Cyril sait remettre les choses à leur place et montrer que faire bien peut être pris en compte simplement.

Théorie du flow et webdocumentaires

Par Florent Maurin

J’ai découvert cet état de flow et ai trouvé ça très intéressant. Si Florent Maurin nous le présentait ça dans un contexte « stratégique » pour inciter à la lecture de webdocumentaires, je me suis promis de garder ça en tête aussi pour le développement personnel, la formation et la documentation (« If you want them to RTFM, make a good FM! »)

La rencontre entre hacktivisme et sociétés civiles, un enjeu pour les libertés numériques

Par Amaëlle Guiton

Un énorme coup de cœur ! Merci à Paris-Web d’avoir retenu ce sujet pour son programme !

Amaëlle nous a présenté une étude richement documentée qui nous donne toutes les billes nécessaires pour expliquer l’hacktivisme à ma grand-mère (ça va la passionner !).

…Ok, j’avoue, c’est à moi d’abord que ça va servir ! j’ai des choses à rattraper sur ce sujet.

(J’en reparle dans Internet et société : la responsabilité des professionnels)

Un bon design n’est pas beau !

Par Sébastien Desbenoit

D’abord, pour les qualités d’orateur de Sébastien (Sébastien ne présente pas une conférence, il présente un spectacle (sérieux, certes) ; c’est autant de travail en plus pour lui, autant de plaisir et de fluidité de notre côté.)

Mais également pour l’angle pris par un designer sur comment il faut appréhender le beau dans le design. Et pour la remise en question. (Feinte ? Je suis sûre qu’il le savait déjà depuis bien longtemps 😉 !)

Vers une nouvelle éthique

Par Xavier Mouton-Dubosc

Tout comme pour la conférence d’Amaëlle, je suis ravie de voir à Paris Web une conférence nous parlant de notre responsabilité face à nos contemporains au sujet de notre média. Je suis loin de faire figure de bonne élève : je ne saurais rien expliquer à un tiers, je suis loin de maîtriser le sujet mais je prends de plus en plus conscience que je dois être parfaitement renseignée et expliquer, vulgariser, partager. Merci Xavier de ce rappel à l’ordre 🙂

(J’en reparle dans Internet et société : la responsabilité des professionnels)

Keep calm and carry on

Par Lou Schwartz

J’ai forcément été séduite par le côté humain de cette conférence. Mais également touchée par l’entêtement de Lou à vouloir aider cette jeune fille (ou sa boite ? être bien, produire bien, tout ça 😛 !)

Enfin et surtout, j’ai adoré les idées mises en place pour permettre à quelqu’un de rendre concrètes des considérations sur sa propre personne alors qu’elle avait du mal à le faire. J’espère que je garderai ça en tête et que, moi aussi, je penserai à l’avenir à utiliser les Lego, les schémas heuristiques et les graphes.

Esthétique et pratique du Web qui rouille

Par Olivier Thereaux et Karl Dubost

Là encore, je crois que j’ai aimé que l’on prenne du recul à propos de notre support et qu’on se pose des questions par rapport à nos responsabilités qui dépassent largement celle de faire un bon site web à un client et ce parce qu’Internet est bien plus qu’un support commercial ! Ne l’oublions pas.

(Je l’évoque dans Internet et société : la responsabilité des professionnels)

Bureau des plaintes des standards

Par Robin Berjon (informelle)

Parce que c’est une excellente idée, je trouve, de la part de Robin. Et également parce que je crois savoir que, malgré une envie partagée des deux côtés – j’en suis sûre, le dialogue entre le W3C et les développeurs manque encore de densité.

Merci Robin. Encore !

Designing with Sensors: Creating Adaptive Experiences

Par Avi Itzkovitch

Parce qu’il ne faut pas oublier, tous responsables et sensibilisés que nous sommes, de continuer à s’enthousiasmer par ce que la technique peut et va pouvoir nous permettre de faire.

N’ayons pas peur des usages : soyons vigilants, pédagogiques et évangélisons !

(J’en reparle dans Internet et société : la responsabilité des professionnels)

Mobile et accessibilité, une partie à Troie

Par Goulven Champenois

Parce que j’ai toujours pensé que le référencement pouvait être un cheval de Troie pour l’accessibilité et que ça m’a fait plaisir de voir cette idée réutilisée – en mieux ! – avec le mobile.

Et parce que c’était très pertinent et que tout ce qui peut servir l’argumentation pour l’accessibilité est à accueillir à bras ouverts !

Le ticket 3057

Par Thomas Zilliox (Lightning Talk)

Parce que c’était très drôle. Parce que c’est une petite partie de l’histoire d’Internet. Parce que c’est symptomatique et représentatif de certains aspects d’Internet. Tiens, un sociologue devrait se saisir du même sujet ! (Il y a un sociologue dans l’assistance ?)

Explorer le système solaire en 4 minutes !

Par David Catuhe (Lightning Talk)

Moi, je voulais que David Catuhe gagne les Lightnings ! …Parce que quand même, il a mis fin au plus vieux débat du monde : on sait enfin, de manière sûre puisque David l’a montrée pas à pas, comment l’univers à été créé. Ce n’est pas rien !

Et puis il a allié technique (comme tous), humour (comme quasiment tous), performance (comme beaucoup) et …poésie (comme aucun autre) ! 😛

Développons notre efficacité !

Par Teddy Marie-Luce

De manière très ironique, je liste dans mes chouchous un atelier auquel je n’ai pas assisté (!) parce que j’en suis sortie au bout de 2 minutes (re !)
Un manque de compréhension de ma part et je suis partie vers un autre atelier qui n’était pas du tout de la vulgarisation comme je l’avais imaginé.

Je me suis rattrapée à une pause en demandant à Teddy de me raconter ce que j’avais raté ; ce qu’il a très gentiment fait.

Et j’ai été fort triste d’avoir raté un atelier autour du développement personnel qui aidait à passer outre une partie de nos difficultés.

Après la macro, la micro !

Par Vincent Valentin

J’aurais bien dit que j’ai aimé cet atelier simplement parce qu’il parlait de typographie (ce qui me suffit). Ou encore en particulier de micro-typographie (qui est un sujet encore plus fun, n’est-ce pas ?)

Mais en plus, il était animé par Vincent Valentin que je soupçonne d’ignorer à quel point il est drôle (oui, parce qu’il y en a marre de lui dire à quel point il est talentueux ! tout le monde lui dit déjà !) ;p

Mes autres billets sur Paris Web 2013 :
Pour ma propre conférence, voir le résumé sur w3qualité.
Merci à Franck Paul pour ses photos (cliquez dessus pour voir les originales).

MS TechDays 2012

Bon, si vous êtes aux Microsoft TechDays la semaine prochaine, faites-moi signe : j’y serai aussi.

J’ai eu du mal à me faire mon programme : il y avait parfois plusieurs conférences en même temps qui m’intéressait.

Je suis à peu près sûre d’aller voir :

  • Des conférences autour de HTML5 et CSS3 (celle de Raphaël Goetter ? celle de David Rousset ?) parce que depuis que je ne suis plus intégratrice, il faut bien dire ce qui est, je ne suis pas complétement à jour !
  • Au moins une conférence sur « METRO« , l’interface que l’on retrouve sur Windows Mobile mais aussi sur ma Kinect, sur les sites MS, etc.
    Je l’ai découverte sur ma Kinect*, donc, et je l’ai trouvée plutôt agréable, simple et intuitive.
    * Je vous ai dit que j’ai eu une Kinect à Noël ?
  • Une conférence sur l’expérience utilisateur qui a l’air de tout reprendre (en une heure !)
  • Au moins une session où sera présentée une application développée par ma nouvelle boîte avec plein de HTML5 et de CSS3 dedans.
  • Et une conférence sur l’accessibilité de HTML5, par Aurélien Levy + le retour d’expérience de Thibault Lanssade sur la prise de conscience autour de l’accessibilité par une agence web …ben la mienne 🙂

Voilà. Je ne sais pas si j’arriverais à tout voir car, d’expérience, c’est bruyant et épuisant et il y a toujours un moment où on (se) laisse simplement tomber.

Alors ? qui j’y verrai ?

Intervention à la formation Expert Accessibilité

Dans la catégorie « Mon nombril », je vais intervenir lors de la formation Expert accessibilité de Temesis (oui, oui, c’est la classe, je sais).

Cette formation au programme alléchant propose en effet des « mini-conférences » qui permettent de couvrir un périmètre large, l’expert en accessibilité n’étant pas un robot appliquant un référentiel droit dans ses bottes et les œillères bien fixées.

Je succède à Denis Boudreau, Stéphane Deschamps, Nicolas Hoizey, Xavier Borderie, Christophe Porteneuve, etc (1). C’est vous dire ma fierté !

J’y serai en tant que Responsable qualité web, le but étant de présenter mon poste, comment ça se passe au quotidien, comme j’en suis arrivée là, etc.
Je suis impatiente de partager avec les stagiaires, mon poste arrivant, je trouve, à un tournant ou des questions concrètes et pragmatiques me font considérablement avancer.

J’aurai aussi l’honneur de faire partie du jury validant les mémoires des stagiaires. (pour tout versement de pots-de-vin, passer par le formulaire de contact de mon site)

Je remercie d’ores-et-déjà Temesis de me donner l’opportunité de partager mon expérience et mon enthousiasme pour mon poste, ainsi que l’opportunité d’assister aux présentations.

(1) Voir « Formation expert Accessibilité : bilan séminaire 2 » et « bilan séminaire 3« 

« Intégrer l’accessibilité dans une démarche qualité » – Résumé

Introduction

La vidéo de l'interview avec audio-description, sous-titres, langue des signe...
La vidéo de l'interview avec audio-description, sous-titres, langue des signes...

Partons d’un exemple : un intégrateur très motivé doit mettre en ligne une vidéo de deux personnes – Sheldon Cooper et Leonard Hofstadter – en interview. Plein de bonne volonté, il met tout en œuvre pour rendre sa vidéo accessible : transcript, sous-titres, audio-description, langue des signes, etc. Malheureusement, tout ça lui prend beaucoup de temps, la rédaction du transcript est longue et fastidieuse parce qu’il ne comprend pas tous les termes techniques, les sous-titres sont parfois illisibles à cause des textes incrustés à l’écran et la réalisation de la vidéo en langue des signes a été très difficile car il a fait appel à un ami signeur et a dû filmer avec du matériel qui n’est pas adapté.

Résultat : notre intégrateur a le sentiment d’avoir passé beaucoup de temps et dépensé beaucoup d’énergie pour un résultat décevant. Il est totalement découragé et décidera probablement de ne plus prendre en compte l’accessibilité sur les prochaines vidéos.

Comment aurait-il pu éviter cette situation ?

Objectif

Objectifs de la conférence : pourquoi, comment intégrer l'accessibilité dans une démarche qualité
Pourquoi, comment intégrer l'accessibilité dans une démarche qualité

L’objectif de cette conférence est de donner des pistes pour éviter ce type de situation d’échec. Intégrer les problématiques d’accessibilité dans une démarche d’amélioration continue de la qualité nous semble être la bonne solution. Pour cela, voici quatre grands principes à appliquer.

#1 Intégrer l’accessibilité en amont

Principe #1 : intégrer l'accessibilité en amont
Intégrer l'accessibilité en amont

En intégrant les considérations d’accessibilité dès la conception du projet, on s’offre plusieurs avantages :

  • Si vous êtes clients, vous vous assurez d’avoir un prestataire capable de prendre en compte l’accessibilité. De plus, vous envoyez au marché le message que c’est une exigence de plus en plus demandée.
  • Si vous êtes prestataire, cela pourra être un plus, un avantage concurrentiel.
  • Dans tous les cas, vous anticipez ainsi les contraintes techniques liées aux outils et vous pouvez faire vos choix techniques et fonctionnels en connaissance de cause.
  • Et bien sûr, en intégrant l’accessibilité en amont et tout au long des développements, vous gagnerez du temps par rapport à une intégration en mode « rattrapage » en fin de projet.

Comment faire pour intégrer l’accessibilité en amont ?

  • Choisissez une direction. Cela peut-être l’Accessibilité avec un grand « A », cela peut-être le business, le service, etc.
  • Identifiez les objectifs qui vont servir à aller dans le sens de cette direction.
  • Signalez votre volonté d’accessibilité dans des chartes, cahiers des charges, spécifications, etc. Évitez toutefois le simple paragraphe générique (type « Le site doit être accessible selon le niveau double-A des WCAG »). Il vaut mieux une dilution du message contextualisé dans les différents contenus : des éléments concernant les graphistes dans la charte graphique, des éléments autour de la vidéo dans les spécifications pour la vidéo, etc.

#2 : Avoir un sponsor

Avoir un sponsor pour accompagner l'accessibilité
Avoir un sponsor pour accompagner l'accessibilité

Le sponsor est une personne assez haut-placé dans la hiérarchie qui aura la possibilité de porter l’accessibilité. Il va favoriser les échanges entres les équipes et les services. Son appui motivera l’appropriation collective des pratiques d’accessibilité.

Comment trouver votre sponsor ?

  • Il va d’abord falloir convaincre votre sponsor. (1)
  • Surtout, utilisez des arguments ciblés et adaptés ! Ne parler pas de référencement pour un intranet, par exemple, mais visez bien vos arguments en fonction des objectifs du sponsor.
  • Enfin, le sponsor n’a pas besoin d’être un expert en accessibilité ; ce n’est pas du tout ce qu’on lui demande. Il faut surtout qu’il soit convaincu car on compte sur lui pour rappeler la prise en compte de l’accessibilité et son importance tout au long du ou des projets.

#3 : Répartir les responsabilités

Principe #3 : Répartir l'accessibilité entre tous les intervenants
Répartir les tâches d'accessibilité entre tous les intervenants

Remettez chacun fasse aux responsabilités de son métier ; le graphiste prend en compte les critères graphiques, le contributeur les critères de rédaction, etc. Car la compétence en accessibilité se construit collectivement ; ce n’est pas (uniquement) l’affaire d’un expert.
De plus, les actions en faveur de l’accessibilité sont ainsi réparties en petits lots ; c’est bien plus facile ainsi de la mettre en place.
Chacun étant conscient de ses tâches et de son rôle à jouer, vous favorisez ainsi la naissance d’automatismes et donc favorisez une mise en place durable et naturelle de l’accessibilité dans la production. (C’est ty pas beau, ça ?!)

Comment répartir l’accessibilité entre chaque intervenant ?

  • Sensibilisez chacun par rapport à son métier ; inutile de parler des contrastes des couleurs au développeur. L’idéal, est de fournir à chacun des fiches listant les éléments d’accessibilité qui le concernent. Ne recopier pas simplement les critères tels qu’ils sont formulés, mais faites de vraies fiches explicatives si vous voulez faire passer votre message. (2)
  • Accompagnez vos intervenants le plus possible ; votre objectif est de les convaincre à la fois de l’utilité de l’accessibilité mais aussi que sa mise en place est possible sans gros bouleversements ni perte de temps.
  • Bien sûr, quand cela est possible, faites de la formation et faites suivre des (bonnes) formations.

#4 : Intégrer l’accessibilité en mode amélioration continue

Principe #4 : Gérer l'accessibilité en mode amélioration continue
Gérer l'accessibilité en mode amélioration continue

Le principe de l’amélioration continue est d’échelonner les tâches en cycles itératifs. En matière d’accessibilité numérique, tout ne peux pas être traité d’un coup et rester pérenne dans la vie du site. Les éléments d’accessibilité se perdent s’ils n’ont pas été intégrés dans les processus de production.

De plus, les cycles itératifs permettent de mesurer les progrès entres deux mises en lignes importantes.

Comment intégrer l’accessibilité dans un cycle d’amélioration continue ?

  • Surtout, ne présentez pas l’accessibilité comme un monobloc à passer en force. Pensez toujours en terme de multi-touches que vous allez organiser, prioriser, répartir.
  • N’attendez donc pas une version parfaite pour mettre en ligne mais faites les concessions nécessaires (par rapport à la réalité du terrain : temps, compétences, etc.), améliorez (processus, formation, code) et faites une nouvelle mise en ligne. Puis …recommencez (améliorations > mise en ligne > améliorations > …) !
  • Faites des audits entre deux mises en ligne importantes et communiquez sur les résultats. Vous envoyer ainsi un retour aux différents intervenants qui font des efforts en matière d’accessibilité et vous envoyer aux décideurs le message que des progrès sont faits, sans prise de temps conséquente.

En résumé

Vous venez de mettre en place un processus d’accessibilité en démarche qualité car :

  • Vous vous êtes fixé, en amont, une direction, des objectifs pour la servir et des critères – objectifs et mesurables – pour y parvenir.
  • Vous avez assuré l’implication des différents intervenants grâce à votre sponsor et à la montée en compétences.
  • Vous avez mis en place un cycle itératif d’amélioration continue.

(1) : L’objet de notre intervention ne portant pas là-dessus, nous ne nous sommes pas penchés sur les arguments pour convaincre. Cela pourrait d’ailleurs faire l’objet d’une conférence à part entière …Qui la fait quand et où ?! 😀 [Retour]

(2) : Voici deux exemples montrant à quoi ces fiches peuvent ressembler : Exemple de fiche accessibilité pour webdesigner et contributeur (PDF, 400 Ko)
(Nota bene : le PDF n’est pas encore balisé, oui, c’est une honte, mais comme ça je sors le résumé le plus rapidement possible et j’améliore ensuite 😉 !) [Retour]

Merci beaucoup à Sébastien d’avoir présenté cette conférence avec moi et d’y avoir apporté toute son expertise et son expérience en matière d’accessibilité.

Merci au W3Café pour l’organisation de cette journée accessibilité. Vivement les prochains événements !

D’autres que moi en parlent :

Diaporama

5ème Forum Européen de l’Accessibilité Numérique – Compte-rendu

En résumé

D’un point de vue global, la 5ème édition du Forum Européen de l’Accessibilité Numérique (FEAN) était un bon cru.
Si, effectivement, les experts peuvent être déçus de ne plus y apprendre grand chose, on peut se poser la question de qui est réellement le public. Une problématique qui revient sur certaines conférences d’évangélisation : le public des convaincus vient là où il faut réussir à amener le public à convaincre.
Avec une thématique « Coûts et bénéfices » et des présentations d’outils, j’étais venu y chercher de l’argumentaire et de la méthodologie. Comme souvent, j’ai été déçue de ne pas y trouver plus de concret (par contre, on a été servi en bla-bla politique et en bla-bla commercial !). Malgré tout, j’en retiens pas mal d’informations intéressantes.

Si je devais résumer les messages les plus fréquents de la journée :

  • prendre en compte l’accessibilité dès la conception
  • la formation est la clé (former les intervenants pour que chacun intègre les briques d’accessibilité propre à son niveau et ait une vision globale des briques des autres)
  • les états et les lois ont leur rôle à jouer pour accompagner et convaincre

On n’a pas contre entendu assez à mon goût (mais on l’a entendu !) l’idée de l’accessibilité comme utile à tous et non pas à un public en particulier. Non, l’accessibilité ce n’est pas pour les handicapés !

Puisque j’ai évoqué le discours politique, rappelons tout de même que le décret d’application de la loi de février 2005 a été mis en application en mai 2009 et qu’il ne reste donc que quelques mois aux organismes publics pour mettre le site en conformité avec les règles d’accessibilité.

Mise à jour 19/05/2011 : les actes du colloques sont en ligne. J’en ai profité pour ajouter les liens vers les diaporama.
Voir aussi les vidéos Braillenet.

Notes

Sébastien Delorme, Atalan
L’accessibilité au service du e-recrutement

Pourquoi se préoccuper de l’accessibilité du e-recrutement :

  • cohérence avec les valeurs et la politique sociale de l’entreprise
  • audience élargie
  • respect de la réglementation (6% des effectifs)

Une méthode qui peut s’appliquer à un site de e-recrutement …comme à beaucoup d’autres :

  • signaler dès le cahier des charges la volonté d’accessibilité
  • si on pense utiliser un CMS, voir sur quoi on a la main et choisir son prestataire en fonction de ce qu’on pourra faire de l’outil
  • accompagnement de l’expert accessibilité tout au long du développement
  • recette et liste des points à traiter pour une montée de version
  • formation des rédacteurs et des administrateurs en fonction de leur profil et de leur champ d’intervention

Diaporama, PDF et résumé

Donal Rice, Autorité Nationale du Handicap (Irlande)
Keynote : Usage des TIC pour l’éducation inclusive : coûts et bénéfices

Cette présentation a l’avantage d’avoir présenté des coûts et des bénéfices mais aussi des outils et des exemple concrets de l’accessibilité.

10 à 12% de la population mondiale est en situation de handicap et ce chiffre va augmenter.

Si on estime que l’éducation d’un enfant avec des besoins spécifiques prend 2 à 4 fois plus de temps, une étude montre aussi que le coût de la non-intégration de la population handicapée à la vie sociale et au monde du travail s’élève à 35,8% du PIB d’un pays (Chiffre : UNESCO, Europe centrale et Indonésie)

Diaporama de D. Rice (PDF)

SNCF
La politique du groupe SNCF en matière d’accessibilité du Web

La SNCF a présenté certains de ces sites et à apportés des témoignages sur leur mise en place de l’accessibilité. Dans l’ensemble, il s’agissait surtout de présenter un site en 5 minutes et de dire « à telle date on a fait ça et c’est mieux ».
La SNCF a toutefois été félicitée par le président de la Fédération des Aveugles et Handicapés visuels de France pour leurs efforts et leurs actions.

A noter : la SNCF utilise Safeguard comme outil de remontées des erreurs d’accessibilité. Un outil que je ne connais pas.

Diaporama de la SNCF (PPT)

James Odeck (The Norwegian University of Science and Technology, and Norwegian Public Roads Administration
Kenote : Évaluation économique de la conception pour touts dans les transports : l’expérience norvégienne et son application dans les TIC

L’intervention de James Odeck était particulièrement intéressante et concrète. Même si ici l’accessibilité n’était pas numérique, cette présentation nous remet en tête un principe majeur que l’on doit transmettre et re-transmettre : l’accessibilité permet de couvrir des besoins d’une population spécifiques mais les mesures mises en place sont bénéfiques à tous.

L’exemple très concret pris était la mise en place d’une entrée de plain-pied dans les bus. Sans même parler du côté agréable pour tout le monde (à pied et sans charge), cette entrée permet aux fauteuils mais également aux poussettes ou aux valises à roulettes de rentrer facilement. Le temps gagné pour cet accès facilité profite à tous (temps de « chargement » et temps du parcourt au global), etc.

Angeetdemon75 sur Twitter : très intéressant ce norvégien : accessibilité utile pour tous et non pour les handicapés… Et oui c bien de ne pas l oublier

Pensez à tous ces usages du quotidien indispensable à un public handicapé et dont vous ne voudriez pas vous passer : ascenseurs, escalators, télécommande…

Ronald Schild
Keynote : La numérisation des livres : une situation gagnant-gagnant pour les usagers handicapés et les éditeurs

sebsol sur Twitter : DRM kill accessibility. Another reason to drop it

Nissone sur Twitter : L’ebook va avoir recours à la séparation contenu/forme. …ben, fallait nous demandé, on vous l’aurait dit 😀

Diaporama de R. Schild (PPTx)

Thomas Logan, HiSoftware
Comment les outils de vérification de conformité peuvent améliorer la qualité et réduire le cycle de développement

HiSoftware présentait entres-autres leur outil Compliant Sheriff (que je ne connais pas plus que Safeguard)

Diaporama de T. Logan (PPTx)

Matthieu Faure, Open-S
Audit d’accessibilité : comment repousser les limites de l’automatisation ?

sanvin sur Twitter : #tanaguru : y’a quelques trucs vraiment bon, automatiser plus certains tests…

notabene sur Twitter : Légère mauvaise foi de @mfaure quand même des fois

Diaporama de M. Faure (PDF)

Jean-Marie D’Amour, Institut Nazareth et Louis-Braille
Réduire le coût tout ua long de la chaîne de production

Si une partie de la conférence de Jean-Marie D’Amour m’a déçue, c’est parce su elle me renvoyais a mon vécu. Autant cela fait toujours du bien de voir qu’on est pas tout seul, autant j’étais vraiment venue chercher de l’argumentaire.
Je retiens tout de même les solutions avancées :

  • le partage des responsabilités
    Voir par exemple : Accessibilité Web > Répartition > WCAG 2.0
  • la formation en fonction des profils, des métiers, des taches
  • l’accompagnement
  • et aussi la démonstration : rien de tel, dit-il, qu’un aveugle faisant une démonstration pour faire comprendre.
notabene sur Twitter : distribution des tâches et formation ciblée ça doit être dit et redit

Olivier Nourry, Micropole et Jean-Pierre Villain, Qelios
Optimiser l’intervention experte dans un projet web

Voilà une conférence dont je suis pressée de récupérer le support de présentation (1).
Olivier Nourry soulève en autre un point particulièrement pertinent : il ne faut pas confondre l’expert accessibilité et l’expert en évaluation. L’expert en évaluation intervient au moment d’auditer le site et son expertise est arbitrée par le référentiel. L’expert accessibilité intervient sur la globalité du projet. S’il ne faut pas le confondre avec les différents intervenants, il est là pour former et accompagner chacun sur son étape du projet. Son intervention se prolonge par du support en continu (e-mail, téléphone, etc.)

notabene sur Twitter : Différencier expert en accessibilité et expert en évaluation. Ouf, enfin.
(1) Mise à jour :
Le support de présentation est disponible : Optimiser l’intervention d’un expert accessibilité (Retour)

Élie Sloïm, Temesis
Industrialiser l’accessibilité d’un parc de sites

Ou comment un audit rapide sur un parc complet avec Opquast Reporting permet de se faire une idée rapide et de prendre des décisions globales.

PatriceBTwit sur Twitter : @ElieSl vient de présenter une approche de type évaluation heuristique pour l’accessibilité

Cynthia Waddell, International Center for Disability Ressources on the Internet
keynote : Poursuites juridiques pour défaut d’accessibilité aux USA

Ou comment des exemples de poursuites aux États-Unis peuvent nous alerter sur ce qui peut arriver en France.

N’oublions pas que les associations n’attendrons pas pour réagir et que la politique d’un organisme d’état et d’une entreprise peut être très rapidement commentée et diffusée en matière d’accessibilité numérique (en bien comme en mal).

Diaporam de C. Waddell (PPTx)

Outils

Je retiens aussi que du côté des outils, il y a pas mal de choses que je devrais creuser. Si jamais vous avez déjà des retours d’expérience…)

Les outils cités :

  • Safeguard
  • Opquast
  • Tanaguru
  • Compliant Sheriff

(et curieusement, pas Ocawa)

Intégrer l’accessibilité dans une démarche qualité – W3Café

Conférence co-présentée avec Sébastien Delorme
W3Café Accessibilité
, avril 2011

Quelle méthode et quels outils pour industrialiser l’accessibilité dans un projet web.

Crédit photo : Victor Brito

Ressources de référence

Ressources (françaises) de référence pour se lancer, suivre et se perfectionner dans la conception, l’intégration, le design, etc. de sites web orientés qualité, standards, accessibilité, expérience utilisateur, etc.

Vos propres références sont les bienvenues en commentaire.

(et à propos de la veille : Faire de la veille)

Articles et billets

Outil

  • Projet Opquast – Gestion de la qualité
    #qualitéweb  #referentiel #bonnespratiques
    http://www.opquast.com

Communautaire

(forum, liste de diffusion, discussion, etc.)

Événements

  • W3Café
    http://france.w3cafe.org
  • Paris Web
    #conférences #ateliers
    www.paris-web.fr

Responsable Qualité web

Après quelques années sur mon poste actuel de chef de projet web, me voilà maintenant chargée d’une nouvelle mission : responsable Qualité web.

En fait d’une nouvelle mission, il s’agit plutôt de continuité. En effet, depuis que j’étais arrivée sur mon poste d’intégrateur (HTML / CSS), c’était surtout avec la casquette « interface » et pour travailler sur toutes les problématiques d’ergonomie, d’accessibilité, de référencement naturel, etc.
Tous ces aspects ni visant qu’une chose : l’expérience utilisateur positive et l’optimisation côté développement.

Je fais donc un pas de plus pour me retrouver tout à fait du côté de la conception et pousser plus en avant tous les aspects qualité.
Ma mission englobe différents postes : le suivi des sites (amélioration de l’existant, conseil sur les projets), la gestion et la rédaction de documents de référence, le développement de méthodes et d’outils, l’animation autour de la Qualité web (information, formation, montée en compétence) et, peut-être mon préféré : la veille. 🙂

J’attaque cette mission dont le changement porte essentiellement sur l’organisation de mon quotidien ; pour le contenu, ce n’est « que » la suite de ce que j’aime depuis toujours.