Projet communautaire pour enseigner le front (et le reste) – Bilan personnel de l’atelier de lancement

Le mois dernier, j’ai co-animé avec Rémi un atelier à Paris Web au nom bien bien long : « Construire ensemble un enseignement du front-end pertinent, pédagogique et pérenne ».

Comme cette session faisait suite à un débat ayant eu lieu à Sud Web (2), nous avions déjà des convictions sur lesquelles nous baser :

  • Cet enseignement ne peut se faire qu’en transmettant la culture générale du web et ses grands principes.
  • Il faut rapidement être concret et faire des exercices pratiques pour ne pas perdre l’intérêt des étudiants.
  • Il s’agit plus d’apprendre à apprendre que de donner un enseignement dogmatique qui sera vite obsolète.

L’atelier à Paris Web nous a donc essentiellement servi à proposer et mettre la l’épreuve la méthodologie que nous avions imaginée pour servir cette direction : des fiches suivant un gabarit où une problématique « terrain » organisées en trois temps :

  1. une demande comme extraite d’un brief ou d’une spécification,
  2. un temps de recherche et de propositions,
  3. une modification dans la demande (on a dit que c’était « terrain » 😉 ).

C’est avec plaisir que nous avons constaté que « ça a pris ». La quarantaine de participants – parmi lesquels des enseignants à temps-plein ou partiel et trois étudiants – a joué le jeu et a eu l’air d’adhérer. Nous avons eu des retours enthousiastes à la fin de l’heure et demie et ça fait vraiment plaisir.

Matthieu est « chaud bouillant », Boris a très envie de s’impliquer dans la suite et ils ne sont pas les seuls à nous avoir fait part de leur adhésion. (2)

Et tant mieux ! Car un atelier comme celui-ci n’est que le lancement d’un projet. S’il ne se passe rien derrière, c’est « raté » (comprendre, c’est une expérience pour une tentative future).

La suite se passe sur GitHub : http://traindrop.github.io/
(lien mis à jour le 26/04/15)

Tout est à faire :

  • Assoir la méthode de contribution ;
  • Bien se positionner par rapport à d’autres projets similaires ;
  • Trouver un nom plus sexy 😉 et faire une jolie page de présentation (Y a-t-il un graphiste dans la salle ?) ;
  • Et bien sûr : décliner les fiches (c’est-à-dire que la communauté s’empare du projet et décline des fiches) !

Mais mon premier bilan est positif car la réception que notre audience m’a fait bien plaisir. Merci.

Vivement la suite donc !

(1) « Élaboratoire » improvisé en mai 2014 avec Romy et Rémi. Je vous invite à voir les différents comptes-rendus listés sur la page Lanyrd.
(2) Vous êtes plusieurs à vous être manifestés pour être tenus au courant de la suite ; je ne vous oublie pas 😉
Crédit photo : Fred Mayor