Ergonomie des interfaces riches – Amélie Boucher

Amélie Boucher lors de la conférence Paris Web 2008
Amélie Boucher lors de la conférence Paris Web 2008 sur l'ergonomie des interfaces riches

Les interfaces riches ne changent pas les grands principes de l’ergonomie

Si l’arrivée des interfaces riches – qui se construisent et se déconstruisent en fonction des actions de l’internaute – apporte de gros changements matière d’ergonomie, les principes et les contraintes restent les mêmes. L’interface reste « l’écrin » du service ; elle s’efface à son profit.

Quelques points sont à veiller particulièrement avec les interfaces riches

Les changements ergonomiques qui découlent des interfaces riches portent plus sur la façon dont l’ergonomie va s’adapter aux nouvelles techno pour toujours faciliter la tâche de l’internaute.

Attente et Immédiateté

Si l’attente doit être limitée, elle doit aussi être signalée. L’internaute doit savoir que quelque chose est en train de se produire, il doit aussi savoir quoi. L’attente doit aussi être justifiée : attendre pour un calcul, oui ; attendre pour avoir une police à disposition dans une application d’édition, non.

L’attente peut parfois être « forcée » car parfois, l’immédiateté est déroutante.

Feedback

Le feedback doit être donné à chaque fois qu’il est nécessaire : au rechargement d’un élément, pendant le traitement d’une action, pour les différents état d’une tâche (« Ajout en cours », « Ajouté »)

Il doit également être correctement placé, c’est-à-dire dans la même zone que celle du changement.

Affordances

Les affordances sont les possibilités d’action que suggère un objet par sa forme. Elles se basent aussi bien sur la métaphore que sur l’expérience.

Les nouvelles possibilités d’interaction suggèrent de nouveaux usages. Cela implique de bien guider l’internaute pour qu’il comprenne les actions attendues. Les mots, sont toujours le moyen le plus efficace pour le guider mais on peut également avoir recours aux symboles, aux icônes, au curseur de la souris…

Comme pour les interfaces « traditionnelles », il s’agit de bien accompagner l’internaute dès sa première utilisation.

Utilisabilité et interfaces riches – Journée Mondiale de l’Utilisabilité

Je souhaite m’attarder sur trois points de cette soirée : la présentation de Fred Cavazza, la conférence de Patricia Gallot-Lavallée et enfin, la notion d’interface holistique.

Utilisabilité et interfaces riches

Fred Cavazza défini l’utilisabilité comme étant la faculté d’un produit à être utile, utilisable et utilisé et les interfaces riches comme étant de nouvelles possibilité d’affichage.

Dans les deux cas, il s’agit d’améliorer l’existant ou de faire de nouvelles choses.

L’utilisation de système d’interfaces riches implique de ne plus penser en terme de page mais en terme d’îlots. C’est tout un nouveau raisonnement, de nouveaux usages.

Néanmoins, l’émergence des interfaces riches ne veut pas forcément dire interfaces « lourdes ». Bien au contraire, les interfaces riches peuvent permettre d’alléger l’affichage en ne dévoilant des éléments qu’en fonction de l’action de l’internaute, par exemple.
Par contre, le web va pouvoir se doter de plus d’interactivité, de plus se ressenti, de la robustesse et des usages hérités des applications…

Je rajouterais que l’utilisation des interfaces riches impliquent certains questionnement en matière d’ergonomie et je renvoie alors vers la conférence « Ergonomie et interfaces riches » de Amélie Boucher qui a eu lieu le lendemain lors de Paris Web 2008. (1)

RIA et systèmes de navigation

Patricia Gallot-Lavallée, auteur de 60 modèles de navigation, nous a donné sa vision des interfaces riches. Une phrase clé a rapidement attirée mon attention : elle ne s’est pas présentée comme une convaincue des interfaces riches mais, accessibilité en tête, elle dit les aborder a priori avec circonspection.
Néanmoins, selon elle, il faut maintenir l’internaute dans un état de découvertes et lui présenter les choses de manière ludique.
Le parallèle qu’elle a fait avec la conception de jeu vidéo est très intéressant.
Pour garder un bon « gameplay », il faut savoir maintenir le joueur dans un état entre la maîtrise et l’excitation.
Comme le faisait remarquer Fred Cavazza, cela va à l’encontre du principe ergonomique selon lequel on doit tout faire pour simplifier la tâche de l’utilisateur.
Néanmoins, il est vrai qu’une partie au moins de la population d’Internet est friande d’innovation et c’est aussi cette portion qui tirent les usages vers le haut.

Bon, je dois tout de même avouer une déception dans la présentation de Patricia Gallot-Lavallée : moi qui suis son blog, j’espérais qu’elle ne résisterait pas à l’envie de se servir de son mini vidéo-projecteur !

Une approche holistique des interfaces riches

« holisme ontologique : système de pensée pour lequel les caractéristiques d’un être ou d’un ensemble ne peuvent être connues que lorsqu’on le considère et l’appréhende dans son ensemble, dans sa totalité, et non pas quand on en étudie chaque partie séparément. » (Source : Wikipédia)

Ce que je retient de l’approche holistique au moment de concevoir une interface, c’est de ne pas prendre en compte uniquement l’application et l’utilisateur de l’application mais bien l’ensemble de la chaîne dans laquelle l’application s’inscrit. L’orateur, Dick Lantim, citait l’exemple d’un site de livraison de colis. L’ajout du numéro de téléphone du destinataire est devenu, au sein de l’interface, un élément obligatoire quand on a constaté, sur le terrain, que de nombreux colis ne pouvaient être livrés pour cause d’absence du destinataire. Pouvoir l’appeler est convenir avec lui d’un arrangement a permis de livrer beaucoup plus de colis qu’avant.

Rappel du programme :

1. Utilsabilité et interfaces riches – F. Cavazza
2. RIA et système de navigation – P. Gallot-Lavallée – Kenazar
3. RIA et applications métier – Mathieu Isaia et Emmanuel Lévi-Valensi – PIA
4. RIA et sites grand public – tequilarapido
5. RIA et expérience utilisateur – Thibault Imbert, Michael Chaize et Sam Woodman – Adobe
6. Approche holistique des interfaces riches – Dick Lantim – Microsoft

(1) Voir Ergonomie des interfaces riches – Amélie Boucher

Accessibilité + Utilisabilité + Paris Web = :)))

Les prochains événements auxquels je vais assister / participer :

Utilisabilité et interfaces riches

Événement français de la Journée Mondiale de l’utilisabilité : Word Usability Day.

Cela se passera à Paris, le 12 Novembre et c’est organisé par Fred Cavazza. Je suis particulièrement intéressée par les conférences abordant le thème des interfaces riches via l’expérience utilisateur ou encore en soulevant le problème de contraintes, des inconvénients à prendre en compte pour de bonnes interfaces riches.

Paris Web 2008

LE cycle de conférences à ne pas rater !

Cette année, les choses se corsent ! Il faut choisir entre des conférences « techniques » et des conférences « décideurs » qui se déroulent en même temps. Mon métier et mes centres d’intérêt m’amène à vouloir les suivre … toutes 😀

Serait-ce pour compenser ce choix difficile ? je me suis inscrite partout : conférences jeudi et vendredi, apéro communautaire vendredi et ateliers du samedi !

Accessibilité

Pourquoi Accessibilité ? Parce que j’ai la chance, dans les jours à venir, d’assister à deux formations sur l’accessibilité : une formation technique et une sensibilisation de l’accessibilité destinée aux décideurs.

Les deux étant assurées par l’équipe de Temesis …et oui ! 😛