« Maman j’ai peur » : atelier Paris-Web pour aider les orateurs (potentiels)

Compte-rendu

Un compte-rendu est disponible sur le site de Paris Web.

Enregistrement sonore

Un enregistrement sonore est disponible sur SoundCloud (merci Yves !) :
Formation orateurs Paris-Web à Cifacom by yvg

Diaporama – 1re partie : « Vos slides »

Diaporama de Virginie : Vos slides

Diaporama – 2e partie : « La prise de parole »

Diaporama sur la prise de parole ; les vues ont été annotées.

Je ne fais pas de résumé de la présentation. S’il ne fallait en retenir que quelques points :

  • Préparez !
  • Soyez conscient de vos points forts, des points positifs (dès maintenant et au moment de passer sur scène)
    • Je me suis préparé
    • Mon sujet intéresse (l’équipe de sélection qui l’a choisi et le public qui est venu)
    • le public est toujours plus bienveillant qu’on peut l’être avec soi-même
    • Toute l’équipe d’organisation est là pour m’aider
    • Telle ou telle personne est dans la salle (et ça m’aide)
    • J’ai vu / écouté / assisté à la préparation Paris-Web « Maman j’ai peur ! »
    • Je connais mes points forts
    • J’ai mis des habits dans lesquels je me sens à l’aise
  • Ayez votre message en tête en permanence et faites-le passer
  • Pensez à la respiration qui peut vous aider à tout moment (face au track, au stress, pour reprendre souffle et rester concentré…)

Un peu plus ?

J’avais fait quelques articles sur la prestation orale. Vous trouverez également plein d’autres liens sur Internet ou encore le même atelier, en 2010, tenu par Stéphane Deschamps (là aussi, l’enregistrement sonore est disponible).

Convaincu(e) ?

Vous avez jusqu’au 18 juin pour répondre à l’appel à orateur de Paris Web ! En plus des thématiques chères à Paris Web, un angle d’attaque (totalement facultatif par ailleurs) est proposé : K.I.S.S. ; Keep It Simple …and Smart.

Paris-web 2011 : dates + appel à orateurs + aide aux orateurs

Dates

Bloquez vos agendas, Paris-Web 2011 se tiendra les 13, 14 et 15 octobre. Comme d’habitude, maintenant, deux journées de conférences plénières (le jeudi et le vendredi) et une journée d’ateliers pour les étudiants (et les plus acharnés !) le samedi. Le tout autour de la qualité, l’accessibilité, le webdesign, les techniques, les métiers, etc. …et sans buzzwords !

Pour être tenus au courant du programme, de l’ouverture des inscriptions (y compris des pré-ventes 😉 ), etc. :

Appel à orateurs

L’appel à orateurs est lancé. Vous avez jusqu’au 18 juin pour envoyer à propositions@paris-web.fr des propositions de conférence, mini-conférence ou atelier.

Si Paris Web prône toujours le « webdesign, la qualité et l’accessibilité« , nous vous proposons un angle d’attaque (à prendre ou à laisser) : KISS (Keep It Simple …and Smart !).

Toutes vos propositions sont les bienvenues et nous les regarderons avec plaisir 🙂
N’hésitez pas  non plus à le relayer autour de vous à vos connaissances brillantes trop peu connues 🙂

Journée de « mise en jambe »

Et comme Paris Web vous aime et vous veux, pour la deuxième année, nous avons mis en place une session « d’aide ». Le but est de donner un coup de pouce, une petite tape dans le dos à ceux qui hésitent à prendre la parole en public ou à ceux qui voudrait « s’essayer » avant de le faire pour de vrai.

Inscrivez-vous via atelier.orateurs@paris-web.fr. C’est tout bientôt ! ne traînez pas ! (à Paris, le 14 mai)

Alors ? Plus d’excuse !

La prestation orale – Liens

Exemple

La prise de parole

Sophrologie, relaxation

Formation, coaching

  • Pilotis propose de très bonnes formations

Lire aussi : 8 principes efficaces pour surmonter la peur de s’exprimer en public

Ou encore, parmi les « Liens » de nota-bene.org, la section « L’art de la présentation » (non anglophones s’abstenir 😉 )

Faire une prestation orale

Se préparer à parler en public

Avant de parler en public, il y a quelques « trucs » pour se sentir prêt.

Le première des astuces est, bien sûr, d’avoir parfaitement préparer son intervention (voir Préparer une prestation orale).

Répétez-la devant des proches. Qu’ils connaissent ou non le sujet, ils pourront vous remontez leurs impressions et vous servir de miroir pour tout ce que vous faites bien sans même vous en rendre compte (vous avez un bon volume, vous êtes avenant, vous ne restez pas figé, etc.)
Attention, le but de cet exercice n’est pas de remonter la moindre faille mais bien au contraire de positiver un ensemble.

Dans la mesure du possible, venez en avance repérer les lieux, d’où vous parlerez, où vous pourrez placer vos notes (pas à la main !), quels seront les outils à votre disposition et comment marcheront-ils (d’ailleurs, marcheront-ils ? testez-les !).

Mettez tout de votre côté pour vous sentir à l’aise : choisissez des vêtements confortables dans lesquels vous vous sentez à votre avantage.

Juste avant votre intervention, focalisez sur des idées positives :

  • vous vous êtes préparé
  • vous maitrisez votre sujet
  • votre petit(e) ami(e) est dans la salle
  • etc

N’oubliez surtout pas que le public est toujours plus indulgent qu’on peut l’être avec soi-même.

Enfin, focalisez sur les points-forts que vous vous connaissez ou que l’on vous a remonté.

Quelques instants avant que se soit à vous de parler, la respiration sera votre meilleure amie !
Une simple respiration ventrale est déjà d’une grande aide. Isolez-vous (aux toilettes, par exemple). Tenez-vous droit et posez une main sur votre ventre. Inspirez profondément et lentement « par le ventre ». Ensuite, expirez lentement,  par la bouche. Recommencez trois fois.
Si vous ne pouvez pas vous isoler, vous pouvez tout à fait faire discrètement cet exercice sur une chaise en attendant qu’on vous présente.

Cet « exercice » n’est qu’un aperçu de ce que proposent la respiration et la sophrologie. Vous trouverez quelques liens supplémentaires en complément de cet article.

La prise de parole

Il y a deux aspects à la prise de parole en elle-même : la communication verbale et la communication non-verbale.

La communication verbale

Pour la communication verbale, il y a les mots que vous utilisez et la façon dont vous parlez.

Les mots que vous utilisez vous sont propres. Néanmoins, utiliser des mots positifs et bon esprit (bien sûr, à adapter en fonction de votre propos.

Pour votre façon de parler, il y a 4 points sur lesquels vous pouvez vous pencher :

  1. le débit : ni trop lent, ni trop rapide, ni trop régulier d’ailleurs
  2. l’intonation : utilisez la pour faire passer les points forts ; ne soyez pas monotone
  3. le volume : c’est également un outil pour « animer » vos propos
  4. l’articulation : indispensable pour bien vous faire comprendre.

Pensez également aux silences comme un formidable outil que ce soit pour récupérer l’attention de l’audience, insister sur l’importance ce que l’on va dire ou ce que l’on vient de dire, faire sentir les transitions, etc.

La communication non-verbale

La communication non-verbale est très riche et beaucoup de choses passent par elle.

Pensez aux sourires ; soyez avenant.

Le regard est capital surtout dans la façon dont vous le distribuez. Balayez la salle, sans oublier les participants qui sont tout à droite ou tout à gauche. Tant que possible, captez des regards (mais surtout sans insister !)

La gestuelle est aussi un point très important. Ne restez pas figé mais déplacez-vous (sur la scène, dans la salle). Si vous ne savez pas quoi faire de vos bras … n’en faites rien ! Ne prenez surtout pas dans vos mains un objet à « tripoter » ! Rien de pire que les feuilles qui bruissent sous votre tremblement ou que le stylo agité en permanence qui déconcentre tout le monde (au mieux, car cela peut aussi agacer !)

L’intervention elle-même

Pensez votre intervention en 6 étapes:

  1. La présentation
  2. L’introduction
  3. Le développement
  4. La conclusion
  5. Les questions / réponses
  6. Les remerciements

La présentation

La présentation est le moment d’accrocher le public. Commencez toujours par quelques mots positifs et accueillant (« Bonjour », « Bienvenue », « J’ai le plaisir de »… et autres choses moins conventionnelles selon votre tempérament)

Vous pouvez également vous présenter vous-même et en profiter pour glisser quelques mots sur votre légitimité à aborder le sujet que vous allez présenter.

Captez l’intention du public par une plaisanterie, une anecdote, une question rhétorique sur le sujet de la conférence, une mise en parallèle avec l’actualité, etc. Là encore, faites ce que bon vous semble en fonction de votre caractère, de ce avec quoi vous vous sentirez à l’aise.

Enfin, annoncer le plan de la présentation et les « règles du jeu » : la durée de l’intervention, le temps prévu pour les questions, etc. C’est aussi le moment pour rappeler de couper son portable (primordial pour ne pas perturber la présentation. Ce type d’interruption, même s’il ne concerne pas tout le monde, suffit à en déconcentrer certains et la déconcentration se propage vite).

La conclusion

La conclusion est un point important. Le public doit « sentir » qu’on arrive à la conclusion. Pour cela, vous pouvez utiliser un silence marqué puis annoncer que vous allez conclure.

Rappelez alors les principaux points énoncés. En fonction de votre objectif, insistez sur la réflexion, la décision, l’action à susciter dans votre auditoire.

Enfin, n’hésitez pas à utiliser une formule pour finir « en beauté » et marquer la fin de votre intervention.

C’est ensuite le moment d’inviter les participants à poser des questions.

Les questions-réponses

Il y a quatre étapes à garder à l’esprit pour chaque question posée :

  1. l’écoute, attentive, de la question
  2. la re-formulation pour être sûr d’avoir bien compris
  3. la réponse
  4. la validation de la réponse : faites-vous confirmer que vous avez bien répondu à l’attente de votre interlocuteur.

Surtout, ne craignez pas les questions auxquelles vous ne savez pas répondre. Au contraire, réjouissez-vous de cette occasion d’élargir vos connaissances. Si une telle question arrive, proposez de vous renseigner et de faire parvenir la réponse ou de la mettre à disposition des participants.

Faire une conférence est aussi une occasion de reseauter ; ayez sur vous des cartes de visites pour les gens qui viendront vous voir à la fin ! 😉

Photo : Cri! de oNico®

Préparer une prestation orale

Les premières questions

Le premier point est de déterminer l’objectif de la prestation. Est-il d’informer ? de convaincre ? de faire agir ?
Si le but est de faire agir, la présentation devra équilibrer information, argumentaire et un troisième axe tourné vers un plan d’action.
Si vous chercher à convaincre, équilibrez votre discours entre l’information et les arguments.
Enfin, pour une présentation d’information, basez toute votre prestation sur … de l’information !

Une fois l’objectif déterminé, posez-vous la question du public. Cette question est primordiale car vous n’avancerez pas les mêmes informations, pas les mêmes explications, par les mêmes arguments, etc en fonction de votre public. Le type de public que l’on a face à soit n’est jamais un problème ; il suffit juste d’adapter son discours.

Enfin, le dernier maillon pour une bonne préparation est le message. Le type d’objectif et le profil du public sont les deux éléments qui conduisent la façon dont vous allez faire passer votre message. Ayez-bien en tête, au moment de vous lancer dans votre préparation, le message que vous souhaitez faire passer à votre auditoire. Ce sera votre fil conducteur.

Anticiper immédiatement, en ayant en tête votre public, les résistances qui pourraient surgir. Ainsi, non seulement elles ne vous déstabiliseront pas le moment venu, mais en plus, vous aurez préparé la réponse.

Tenez compte du temps que l’on vous laisse pour faire votre prestation et laissez vous une marge d’environ 20 %.

Les notes

Si vous en avez besoin, préparez-vous des notes à avoir sous les yeux le jour de la présentation. Néanmoins, n’oubliez pas que les notes ne sont qu’un support pour garder le fil mais qu’elles ne contiennent pas l’ensemble de votre discours ! Bien au contraire, elles ne sont composées que de quelques mots-clé, écris en gros. Faites usage de la couleur, si cela peut vous aider, du graphisme aussi.

Les feuilles sur lesquelles sont vos notes ne sont écrites que sur le recto, elles sont faciles à manipuler et son numérotées clairement.

Enfin, dans le cadre d’un diaporama, les notes sont coordonnées aux diapositives.

Le diaporama

Pour un diaporama, prévoir 2 à 3 minutes par diapositive. Ne dépassez pas 5 à 7 lignes par diapositive.
Plutôt que d’afficher une diapositive, au début d’une partie, qui reprend les points essentiels de la partie, utiliser l’affichage des points au clic par clic. Cela évite que votre auditoire soit tenté de lire les points à venir plutôt que de vous écouter développer le point actuel.

Dans la même idée de ne pas perdre l’attention de votre auditoire, faites relire, plusieurs fois, vos diapositives pour être sûr qu’il ne reste plus la moindre faute d’orthographe, faute de frappe, faute de grammaire, faute de typographie, etc… Bref, pour être sûr qu’il ne reste plus la moindre faute.

La prestation orale

Vous devez prendre la parole en public mais cet exercice ne vous est pas encore familier ?

Il y a plusieurs points à prendre en compte lors d’une présentation en public : bien se préparer et bien construire son intervention ; soigner ses supports et enfin, passer « l’épreuve » du public avec aisance.

Voici donc un article en deux parties pour vous aider :

Ces articles ont été réalisés à l’aide de quelques recherches sur Internet et grâce à des conseils de professionnels de la prise de parole.

Complétez ces informations avec quelques liens : La prestation orale – liens.