Tweets de la semaine 2010-01-15 (en test)

Powered by Twitter Tools

RSS – Qu’est-ce que c’est ? Comment s’en servir ?

Résumé

RSS est un système qui vous permet de recevoir dans un lieu centralisé toutes les actualités des sites que vous aurez choisi. RSS ne nécessite pas de laisser son adresse ou ses informations personnelles sur des sites ; au contraire, RSS va chercher l’information sur les sites et la ramène.

Qu’est-ce que RSS ?

RSS est l’acronyme de Really Simple Syndaction.

On utilise couramment l’expression « fil RSS » ou « flux RSS« . On parle également de syndication.

Qu’est-ce qu’un flux RSS ?

Un « fil RSS » ou « flux RSS » est un ensemble de contenus mis à disposition des internautes.

Inscrire un fil RSS à sa liste de fils signifie que l’on souhaite recevoir les nouveaux contenus du fil.

Par exemple, une inscription au flux RSS de « Google Actualités » permet de recevoir automatiquement chaque nouvelle actualité.

Le flux peut envoyer un morceau de l’article (titre, chapeau) ou l’article complet.

Affichage flux RSS

En haut : Exemple d’un flux RSS qui envoie uniquement le titre et le chapeau d’un article. Il faut cliquer sur le titre pour basculer sur le site envoyeur et voir l’article en entier.
En bas : Exemple d’un flux RSS qui envoie la totalité de l’article : titre, contenu, images, liens… On peut consulter la totalité de l’article depuis l’agrégateur.

Comment recevoir des flux RSS ?

Les éléments d’un flux RSS sont récupérés dans un agrégateur : il s’agit d’un programme qui reçoit tous les flux RSS auxquels on s’est abonnés. Cela permet de les consulter tous depuis un seul endroit sans avoir à consulter les sites d’où proviennent l’information.

Prenons l’exemple d’une personne inscrite à un fil RSS sur l’actualité de sa ville, un fil sur le jardinage, un fil sur les sorties cinéma, un fil sur le site perso d’un ami… Cette personne peut, quand elle le souhaite, consulter son agrégateur. Imaginons que, depuis sa dernière visite, une nouvelle exposition a été annoncée sur le site de sa ville et que son ami a écrit sa dernière aventure sur son site perso.

Son agrégateur lui signale et lui affiche alors les nouveaux contenus : la prochaine expo de sa ville et le dernier article écrit par son ami.

Au choix de l’auteur du fil, le flux RSS peut :

  • n’envoyer que le titre et le chapeau ;
  • ou envoyer tout le texte.

L’agrégateur a sa propre présentation de l’information (en générale, très épurée et neutre).

Affichage flux RSS / Blog

Exemple d’un article affiché dans un agrégateur et, en dessous, le même article affiché dans son contexte d’origine.

Comment fonctionnent les agrégateurs ?

On peut utiliser deux sortes d’agrégateurs :

  • un agrégateur en ligne, sur Internet. Il faut aller sur le site d’un agrégateur en ligne et s’y inscrire. On dispose alors d’un espace perso accessible de n’importe où il y a une connexion Internet.Ex : Bloglines ; Google Reader
  • un agrégateur intégré au navigateur. Les navigateurs modernes proposent par défaut la gestion des flux RSS (Firefox 3, Internet Explorer 7…).
  • un agrégateur local. Il faut installer le programme de l’agrégateur. On dispose alors d’un espace perso stocké sur son propre ordinateur. Ex : L’extension Sage sur Firefox, RSSReader…

Comment trouver des flux ?

Il existe des annuaires de flux, classés par thématique. On peut les consulter afin de trouver des fils concernant les sujets qui nous intéressent.

Ex : Annuaire RSS de lamoooche.com ; Annuaire RSS de SnyKe.com

Certains agrégateurs en ligne permettent de rendre public sa propre liste de flux. Ainsi, on peut aller voir la liste des fils RSS auxquels s’est inscrit un internaute avec lequel on a un (ou plusieurs !) abonnement commun.

Enfin, au cours de ses navigations sur Internet, il faut avoir le réflexe, quand on visite un site qui nous plait, de regarder si le site ne propose pas aussi un flux RSS.

Comment repérer un flux RSS ?

Icône RSS

L’icône ci-dessus est l’icône traditionnelle pour représenter un flux RSS. Elle sert de repère pour savoir qu’une page propose un flux RSS et où se trouve le lien d’abonnement.

On retrouve cet icône dans les navigateurs qui intègrent une gestion RSS :

RSS géré par les navigateurs

Avec la généralisation des flux RSS, l’icône est parfois détournée. Voici quelques exemples (*) :

Icônes RSS
Le fil ATOM fonctionne sur le même principe que le fil RSS. La différence entre les deux est purement technique et n’impacte pas l’utilisateur final. RSS et ATOM sont deux formats de syndication.)

Comment s’inscrire à un flux RSS ?

Une fois que l’on a repéré un flux RSS auquel on souhaite s’abonner, pour s’inscrire il suffit :

  • Si on utilise l’agrégateur intégré à son navigateur :
    • Repérer l’icône RSS dans la barre d’adresse du navigateur et cliquer dessus
  • Si on utilise un agrégateur en ligne ou local
    • soit de faire un clic-droit et choisir « Copier l’adresse du lien » ; soit de cliquer sur le lien et copier l’URL dans la barre d’adresse.
    • Il ne reste plus qu’à coller ce lien dans la fiche d’inscription de l’agrégateur.
* : Quiz pour les geeks : saurez-vous reconnaître de quels sites proviennent ces icônes ? 😉
Article écrit et édité en juin 2006 et remanié en août 2009.

Responsable Qualité web

Après quelques années sur mon poste actuel de chef de projet web, me voilà maintenant chargée d’une nouvelle mission : responsable Qualité web.

En fait d’une nouvelle mission, il s’agit plutôt de continuité. En effet, depuis que j’étais arrivée sur mon poste d’intégrateur (HTML / CSS), c’était surtout avec la casquette « interface » et pour travailler sur toutes les problématiques d’ergonomie, d’accessibilité, de référencement naturel, etc.
Tous ces aspects ni visant qu’une chose : l’expérience utilisateur positive et l’optimisation côté développement.

Je fais donc un pas de plus pour me retrouver tout à fait du côté de la conception et pousser plus en avant tous les aspects qualité.
Ma mission englobe différents postes : le suivi des sites (amélioration de l’existant, conseil sur les projets), la gestion et la rédaction de documents de référence, le développement de méthodes et d’outils, l’animation autour de la Qualité web (information, formation, montée en compétence) et, peut-être mon préféré : la veille. 🙂

J’attaque cette mission dont le changement porte essentiellement sur l’organisation de mon quotidien ; pour le contenu, ce n’est « que » la suite de ce que j’aime depuis toujours.

Faire de la veille

Six senses

Qu’est-ce que la veille ?

La veille, sur Internet, c’est de surveiller ce qui se passe, ce qui se fait, ce qui arrive et ce qui s’en va. Bref, se tenir au courant.

Pourquoi faire de la veille ?

Dès que l’on envisage des développements sur Internet, il faut tenir compte des contraintes du web, de ses particularités, de l’exigence des internautes et de leurs différences.

Or Internet est un support en perpétuel mouvement. Les innovations apparaissent aussi vite qu’elles disparaissent. Les technologies sont précises, exigeantes et changeantes.

Il est donc impératif de suivre les tendances, tant pour savoir vers quoi aller que pour pouvoir monter en compétence sur les techno d’avenir (ou non).

…Et puis bon, si un bon informaticien est un paresseux, un bon webmaster n’est-il pas un curieux ?! 😉

A qui profite la veille ?

Au marketing :

  • Savoir ce qui est possible, ce qui est faisable.
  • Savoir ce qui s’est déjà fait où qui se prépare et le faire avant la concurrence.
  • Offrir à l’internaute les services auxquels il s’attend ou, au contraire, qui vont le marquer (en bien, tant qu’à faire !)
  • Offrir à votre site une image de marque d’innovation

A l’ergonome :

  • Connaître les habitudes des internautes
  • Connaître le support : les configurations, les applications qui marchent ou ne marchent pas et dans quel cas

Au développeur :

  • Découvrir les nouvelles techno, les nouveaux langages et juger de leur pertinence.
  • Le cas échéants, apprendre des nouveaux langages

Au designer :

  • Voir ce qui se fait, trouver de l’inspiration ou des formes auxquelles on n’avait pas encore pensé

Etc. :

En fait, la veille profite à tous ceux qui travaillent sur Internet. Car chacun y trouve des informations sur l’actualité de son métier et des pratiques qui y sont liées.

Quelles méthodes pour faire de la veille ?

Une méthode critique, avant tout, car Internet est un média sur lequel on trouve tout : le meilleur et le pire.

  • Aller sur les sites d’actualités traitant des informations qui vous intéressent.
  • Voir ce qui se fait déjà, ce qui se profile et se qui tend à disparaître.
  • Se poser des questions, émettre des critiques.
  • Lire des argumentaires pour et contre.
  • Se faire son propre avis
  • Au fur et à mesure, repérer les lieux où l’on trouve des informations intéressantes et qui rentrent en résonance avec ses propres objectifs. Revenir sur ces sites régulièrement.

Où trouver les informations de veille ?

Les sites

N’importe quel site peut être une ressource intéressante. N’importe quel site peut nous aiguiller vers des pratiques à suivre ou à ne pas suivre.

Les blogs

La nature même du blog, géré via un moteur d’édition, en fait un support optimisé pour des mises en ligne fréquentes. La fraîcheur de l’actualité y est donc facilitée. La « blogosphère » est devenue un monde très vivant, très riche, très réactif où le savoir se partage rapidement et de façon très critique.

Un autre point très riche des blogs, ce sont les commentaires. On y trouve parfois des échanges qui sont encore plus intéressants que le billet qui les a suscités et qui n’a fait « que » de lancer le débat.

Un exemple parmi tant d’autres : HTML zen garden

Les réseaux

Les réseaux sociaux peuvent vous aider à rencontrer des personnes, garder le contact. Cette richesse est autant de sources d’information possible.

Les IRL

Ou « rencontres dans la vraie vie ». La conversation reste le moyen de communication peut-être le plus simple et celui où le débat, l’échange d’idées se fait le plus densément. De très nombreuses rencontres sont régulièrement organisées autour de tous les thèmes, dans toutes les régions, à toutes dates. Alors n’hésitez pas à aller aux trucCamp, ApéroTrucs, Truc Web 2008, etc. …Et créez les vôtres !

Un exemple parmi tant d’autres : Paris Web

…Les collègues !

Ils cumulent à eux seuls les avantages des réseaux et de « IRL », les collègues sont une très bonne source puisque, en plus, …vous les voyez tous les jours !

Les newsgroups

Moyen pratique de recevoir les informations concernant un sujet dans sa boîte mail. Moyen pratique de rentrer en contact avec des gens.

Un exemple parmi tant d’autres : La liste Pompeurs-CSS

Les forums

Source permanente d’information, de problématiques, de solutions… les forums sont un lieu à ne pas oublier pour se tenir au courant. …Ils ne servent pas qu’à résoudre un problème à un instant T.

Un exemple parmi tant d’autres : Webmaster Hub

Le micro-blogging

Les fils de micro-blogging sont un moyen très simple de faire une veille « légère ». Les différents widgets qui y sont liés permettent d’avoir sous les yeux les nouveautés, en même temps que d’autres tâches. A nous de décider alors si l’on veut approfondir l’information.

Le plus difficile, là, sera de sélectionner les fils pertinents. 😉

Voir aussi à ce sujet : 26 services pour pratiquer la veille avec Twitter

Les sites de références

Quels que soient vos centres d’intérêt, votre compétence, il y a des sites de références pour vous.

Ils se reconnaissent à la qualité de leur contenu. Ce sont des sites à suivre régulièrement.

Un exemple parmi tant d’autres : Alsacréations

Quels outils pour faire de la veille ?

…Le temps ! L’outil le plus difficile à trouver et pourtant le seul vraiment indispensable à la veille !

Et bien sûr, les flux RSS. Ces petits fils d’actualité qui vous permettre de regrouper les nouveautés qui vous intéressent et un seul lieu et de faire votre veille en quelques clics. (Voir : RSS – Qu’est-ce que c’est ? Comment s’en servir ?)

Garder des traces de sa veille est également très utile. On peut, pour cela, utiliser des outils de gestion de favoris : via son navigateur ou via un outil en ligne;

Un exemple parmi tant d’autres : Blogmarks

Photo : «  Six senses » selon The Nickster (sous Licence CC by-sa)