Choix des mots-clé

    Avant :

  1. Faire une première liste de tous les mots-clé du site (tous les mots importants)
  2. Réduire cette liste à une dizaine de mots (jusqu’à une 50aine pour un gros site)
  3. Privilégier les mots ayant un bon rapport concurrence / popularité : sur un mot très référencé, un site précis aura plus de mal à sortir ; mais il faut tout de même choisir un mot qui sera tapé par les internautes dans les moteurs de recherche. Utiliser un outil pour trouver les mots-clé les plus cherchés :
    • Le générateur de mots clés Google AdWords recense de façon automatique une liste de requêtes courantes effectuées sur Google, en rapport avec un mot clé saisi
    • Overture donne une liste de mots liés à un mots-clé ainsi que le nombre de fois où ils ont été recherché (?)
    • Le générateur de mots-clé MIVA indique le nombre de fois où un mot clé à été demandé par les internautes dans les 30 derniers jours ainsi qu’une liste de combinaison de mots associés à ce même mot-clé.
  4. Repérer son principal concurrent sur ces mots-clé (l’outil SeeURank, gratuit au début, peut y aider) et étudier son code, ses backlinks, son indice de densité… Il servira de maître-etalon pour son propre site.
  5. Pendant :

  6. Réanalyser cette liste de mots-clé : regarder régulièremement la liste des mots-clé qui ont apportés des visites au site. Repérer ceux qui en apporte le plus, vérifier si les internautes les tapent le plus souvent avec ou sans accent

A savoir :

  • Les internautes tapent le plus souvent des combinaisons de 2 ou 3 mots
  • Les mots-clé doivent correspondre au contenu du site
  • Il ne faut pas mettre de nom de concurrent, de marque de concurrent

Référencement naturel : critères importants

  1. le contenu
    Le contenu doit être pertinant et fait pour les utilisateurs (pas pour les moteurs de recherche). Inclu :

    • la densité des mots-clé, placés dans un contexte sémantiquement cohérant
    • la non-similarité des pages
  2. la balise <title>
    Doit être adaptée au contenu de la page.
    Utilisée mais également affichée par les moteurs de recherche.
    (voir la fiche : title (balise))
  3. les liens entrants et sortants pertinents
    Plus les backlinks sont pertinants nombreux, plus ils servent le référencement. Les liens sortant en rapport avec le contenu ont également une influence bénéfique.
    (voir la fiche : a)
  4. En cas d’interdiction : robots.txt
    (voir la fiche : robotx.txt)
  5. les balises <h1> à <h6>
    Elles servent à hiérarchiser la page. Attention à ne pas les detourner de leur usage car elles sont, entre-autres, très importantes pour les lecteurs vocaux.
  6. L’URL
    Si l’URL contient les mots-clé recherchés par l’internaute, le site aura beaucoup plus de chance de ressortir.
    Dans le cas d’une marque, une URL significative doit contenir le nom de la marque.
  7. la balise meta « description »
    Plus importante pour recevoir une visite d’un internaute que pour les moteurs de recherche.
    (voir la fiche : description / keywords)
  8. la mise à jour des pages : date de la dernière mise à jour et fréquence
    Les moteurs de recherche (et les internautes !) aiment les sites fréquemment actualisés. Si, entre deux visites d’un moteur, le contenu d’une page n’a pas changé, le spider espacera ses visites.
  9. la balise meta « keywords »
    Importance de plus en plus infime.
    (voir la fiche : description / keywords)
  10. les balises <strong> et <em>
    Toujours en respectant la logique du contenu et l’internaute.

Les balise d’indexation « description »

  • Certains moteurs affichent le contenu de la meta description dans leurs résultats. Elle est donc utile pour séduire l’internaute.
  • En cas d’absence de la balise de description, le moteur affichera les premiers mots de la page, ou les quelques mots autour des mots de recherche.
  • 150 / 200 caractères, espaces compris (un caractère accentué vaut pour un).
  • A placer sous la balise title.
<meta name="description" content="" />

L’attribut title

  • Le title peut être pésent sur les liens, mais sur d’autres éléments aussi. Il n’est pas obligatoire sur une image
  • Il doit donner les mêmes informations que le libelé du lien avec des informations en plus (par ex. « Nouvelle fenêtre »)
  • Il est très utile pour optimiser le référencement.
  • Le title est affiché sous forme d’info-bulle dans les navigateurs visuels.
  • Le plus possible, chaque lien doit avoir un libelé spécifique.
  • Il doit faire moins de 80 caractères

L’attribut alt

  • alt est un texte alternatif obligatoire et réservés aux images, objets et applets.
  • C’est un equivalent textuel à un élément graphique (une image / un objet / un applet) dans un navigateur qui ne les affichent pas. (navigateur vocal, images désactivées, problème de téléchargement de l’image, etc.)
  • Il est obligatoire sur ces éléments mais il peut être laissé vide (alt="") sur un élément qui ne soit que décoratif (par ex. les puces d’une liste)
  • On ne DOIT PAS l’utiliser sur un lien.
  • En cas d’absence de title sur un élément mais où le alt est présent, IE affichera le contenu du alt dans une info-bulle. Mais ce comportement n’est pas conforme.
  • Il doit faire moins de 60 caractères (si l’élément graphique nécéssite une explication plus longue, utiliser l’attribut longdesc)

La balise <a>

  • L’intitulé du lien doit faire moins de 80 caractères.
  • L’attribut title est facultatif. Il reprend les informations de l’intitulé du lien + autres informations
  • L’attribut title doit faire moins de 80 caractères.
  • Il est conseillé (par Google, entre-autres) de ne pas dépasser 100 liens par page, y compris pour un plan du site.
    Le critère 6.7 de Accessiweb (niveau Triple-A) préconise 40 liens maximum, hors des liens de navigation
  • Que le liens soit entrant ou sortant, les mots-clé présent dans le titre augmenteront les chances d’être bien référencé
  • Un lien dans un contexte sémentiquement identique à son propre libélé est plus pertinant