Poste de responsable qualité web

Le responsable qualité web (ou « gestionnaire de la qualité web » ou « manager de la qualité web ») a pour mission d’identifier et d’assurer le suivi qualité via des objectifs fixés en veillant à l’industrialisation, à l’innovation et à l’amélioration continue.
En plus des objectifs propres à chaque projet, il veille aux critères spécifiques au support web : interopérabilité, accessibilité, performance, etc. et vise une expérience utilisateur globale positive.
conformite4
Ses responsabilités :

  • s’assurer de la conformité par rapport aux attentes de qualité :
    • établir indicateurs et critères en fonction des objectifs (du projet / de la société)
    • rédiger et mettre à jour les spécifications techniques ou les spécifications autour des valeurs/niveaux de qualité souhaités
    • mettre en place les moyens d’atteindre les objectifs (outils, processus, accompagnement des équipes)
  • assurer l’amélioration continue :
    • des processus
    • des outils
    • via des itérations audit > analyse > plan d’action > audit
    • via une veille dense et restitution (veille en ligne, conférence, formation)
    • via l’identification de besoin en formation / en compétence et mise en place
  • animer la qualité et la montée en compétence
    • vulgarisation, évangélisation
    • animation autour de la qualité, dialogue entre les métiers, partage de connaissances
  • Participer à la visibilité de la société auprès de clients et collaborateurs potentiels
    • prises de paroles sur les sujets de la qualité en tant que Responsable qualité web de la société
    • organisations d’événements au nom de sa société
    • rédaction d’articles sur un blog de société

Son périmètre :

Le responsable qualité web intervient de bout en bout des projets : de la conception à la maintenance en passant par le développement.
Il dialogue avec les différents métiers pour prendre en compte les contraintes et les objectifs propres : graphisme, ergonomie, référencement, intégration, développement, e-marketing, rédaction, …
Il ne se substitue pas à l’expert mais doit pouvoir comprendre et dialoguer avec chacun.

Ses besoins :

  • Travailler en parallèle des projets et de la production
  • Amélioration continue via la veille et la formation permanente (veille, conférences, formation) pour être à jour et participer à l’innovation
  • Interactions permanentes et échanges avec les métiers
  • Outils de tests, d’automatisation, de reporting, d’alerte…

Son rattachement doit lui permettre d’avoir la légitimité à intervenir auprès des équipes.

amelioration3

Pourquoi / comment le poste de Responsable qualité web – Présentation à Sud Web 2011

(voir vidéo ci-dessous)

Pourquoi / comment un poste de Responsable qualité web [Retour d’expérience]

Le but est de vous raconter comment la création d’un poste de Responsable qualité web a répondu a un certain nombre de besoins.Pour donner rapidement le contexte : nous sommes une sorte de petite agence web au sein d’une grosse société financière.

Constats

Nous sommes partis de plusieurs constats.

Ambitions – Suivi ?

L’équipe travaille avec des ambitions, comme par exemple le respect des standards du web, l’accessibilité, etc.Mais aucun suivi n’est effectuer pour évaluer et mesurer ces ambitions

Motivation – Flux de la prod ?

L’équipe est motivée et intéressée par son travail et souhaiterait monter en compétence, faire de la veille, etc.Mais le flux de la production ne permet pas de faire de la veille en continu et d’utiliser cette veille.

Expertise – Cas par cas

L’équipe est une équipe d’experts.Mais chacun utilise son expertise sur le projet sur lequel il ou elle est en train de travailler sans que cette expertise soit capitalisée ou diffusée.

Réponses

Les réponses que l’on a pu apporter à ces constats au travers du poste de Responsable qualité web.

Objectifs, critères et suivi

Par rapport à la problématique du suivi :le Responsable qualité web doit avoir en tête les objectifs (du projet, de l’équipe, de l’entreprise) et identifie les critères qui leurs correspondent. Il les suit, les analyse en tire des conclusions pour la production, la qualité et l’efficacité.

Exemples

Quelques exemples concrets :

  • Plusieurs itérations ont été faites autour des Bonnes Pratiques du web Opquast à travers un audit, une analyse des résultats – dont comparaison avec l’audit précédent – et un plan d’action qui en découle.
  • Tests de performance avant et après la refonte d’un projet. Mise en place du suivi de la performance. Bien sûr, là aussi, les tests sont analysés et des améliorations sont proposées.

Montée en compétence au quotidien et ponctuellement

Par rapport à la problématique du flux de la production gênant la veille :le Responsable qualité web est en parallèle de la production. Il fait une veille suivie, partagée que ce soit à travers une veille technologique en ligne, des conférences, de la formation, etc.

Il est également à l’écoute des besoins des équipes en formation et en information sur des sujets précis.

Exemples

En guise d’exemple concrets :

  • Veille sur le référencement naturel « à la commande » faite en continue pour l’équipe de Référencement qui ne peut pas s’en occuper
  • Vulgarisation pour les équipes non-technique : initiation au HTML et aux spécificité du média web
  • Document à destination des demandeurs sur pourquoi et dans quel mesure le support d’Internet Explorer 6 n’est plus que partiellement assuré

Diffusion de l’expertise

Par rapport à la problématique sur l’expertise :le Responsable qualité web la diffuse au travers de spécifications, de documentations pour capitaliser les savoir-faire, les méthodes, les bonnes pratiques. Elle est diffusée à toute personne intervenant sur les projets (interne, externe) ainsi qu’aux équipes non-techniques, voir non-web.

Exemples

Comme exemple concrets :

  • Rédaction et mise à jour en continu de la Charte technique (diffusée aux intervenants techniques internes et externes)
  • Rédaction d’un document d’aide pour décliner une charte graphique au média web

Pour résumer

Le Responsable qualité web a une mission de support en transverse des métiers et des équipes.
Il identifie les objectifs de qualité (du projet, des équipes, de l’entreprise).
Il fait un suivi de ces objectifs avec des critères concrets qu’il identifie et des plans d’action.
Il est vecteur de montée en compétence à travers la veille, la formation et la diffusion des informations qu’il récolte.
Il capitalise l’expertise en pérennisant les bonnes pratiques, en les transmettant, en les industrialisant.
Enfin, il assure la communication, la vulgarisation et l’animation autour de la qualité web, de l’expertise de chacun et du rôle de tous.Voilà la vision du poste de Responsable qualité web tel que nous l’avons mis en place. C’est un poste qui est amené à se consolide en échangeant en IRL (« In Real Life ») …

… ou via différent moyens.Je serais ravie d’en discuter avec vous ; n’hésitez pas à me contacter.

Le diaporama est disponible sur SlideShare.

Vidéo

Mise à jour ‐ 17/12/2012 ‐ SudWeb a mis la vidéo en ligne :

Comment et pourquoi un poste de Responsable qualité web (Delphine Mallassingne) – Sud Web 2011 from Sud Web on Vimeo.

Merci à Sud Web de m’avoir donné la possibilité de vous présenter le métier de Responsable qualité web.

W3Café Accessibilité, Sud Web et Web UX

Le W3Café Accessibilité vient donc juste de mettre en ligne son programme …le même jour que Sud Web et que Web UX ! (mais on soupçonne ces deux-là de faire leurs coups ensemble, hein).

Voici donc de beaux jours en perspective pour la bande de geeks euh… de passionnés du web que nous sommes.

Pour voir ce qui vous attend :

  • le programme du W3Café Accessilité
    où j’aurais le plaisir de présenter avec Sébastien Delorme la conférence « Intégrer l’accessibilité dans une démarche qualité« . Le but de notre présentation est d’aider à identifier ses objectifs d’accessibilité et de les mettre en place dans une méthode qui permet de les suivre sur la durée.Vous y entendrez aussi parler de la navigation par un aveugle, rédaction web et accessibilité, PDF accessible, ARIA, etc.
  • le programme de Sud Web
    où j’aurais -encore- le plaisir de présenter en 5 minutes mon retour d’expérience sur le pourquoi-comment on a créé un poste de gestion de la qualité webdans mon entreprise. Je reviendrais tout simplement sur les besoins identifiés et comment le responsable qualité web y répond.Venez-y pour y (entendre) parler de SVG, mobile, feuilles de style dynamiques, gestion de projet, perspectives, etc.

  • le programme de Web UX
    où je n’aurais ni le plaisir de parler, ni le plaisir d’écouter, snif, mais on ne peut pas être partout et, en l’occurrence, je serais dans le train.Par contre, on y entendra parler d’expérience utilisateur, de contenus web, de performance web, de web analytics, etc. Ah la la ! je sens que je vais rater quelque chose !

A bientôt au W3Café et/ou à Sud Web (et amusez vous bien à Web UX) !

Mémento Sites Web – Les bonnes pratiques – v3

Rappels

Les bonnes pratiques Opquast

Les bonnes pratiques de la qualité web (Opquast checklist) sont un référentiel de critères de qualité pour les pages et applications web.

Cette liste est gérée sous le projet Opquast (pour « Open Quality Standards ») mais construite par une communauté de contributeurs.

Une bonne pratique est retenue parce qu’elle fait consensus et uniquement si elle répond aux exigences suivantes :

  • vérifiable par n’importe quel utilisateur
  • internationale
  • réaliste
  • apportant une valeur ajoutée

Le mémento des bonnes pratiques

La liste des bonnes pratiques Opquast a fait l’objet d’un mémento Eyrolles :  Sites web – Les bonnes pratiques.

Ce mémento est un fascicule dépliant, plastifié qui permet de consulter rapidement et facilement la liste des bonnes pratiques.

Mémento v.3 / Bonnes pratiques Opquast v.2 ?

Bonnes pratiques v.1

La première version des bonnes pratiques date de septembre 2004 et un premier mémento a été édité pour l’occasion.

Néanmoins, pour des raisons de lisibilité principalement, une deuxième version du mémento a été produite en janvier 2009 toujours sur la base de la première version des Bonnes pratiques.

Bonnes pratiques v.2

Au tout début de l’année 2010, le projet Opquast a lancé un appel à contributeurs afin de revoir entièrement la liste des bonnes pratiques et de l’actualiser, au besoin.

En février 2010, une nouvelle liste de 217 critères a été validée. Cette nouvelle version du référentiel a fait l’objet d’une nouvelle version du mémento, la 3ème donc.

En savoir plus sur l’atelier Opquast (bonnes pratiques v2)

Les mémento des bonnes pratiques v.3

Le mémento Sites web – Les bonnes pratiques est donc basé sur le référentiel 2010.

Sur 18 pages, ce dépliant contient toujours :

  • une rapide présentation de la qualité web
  • un mode d’emploi
  • la liste des bonnes pratiques classées par catégories
  • les dix principes de la qualité web

Mais cette version s’agrémente également :

  • d’un petit guide de mise en œuvre des bonnes pratiques
  • de la liste des critères classés par profil (design, intégration, éditorial, référencement)

Cette nouvelle édition du mémento des bonnes pratiques offre donc bien plus que quelques ajustement éditoriaux et esthétiques.

Mémento des bonnes pratiques Opquast ouvert sur les pages "par profil métier"
Mémento des bonnes pratiques Opquast ouvert sur les pages "par profil métier"

Acheter le mémento chez Eyrolles
Acheter le mémento chez Amazon

Le projet Opquast

Mettre en place la gestion de la qualité web

article06Ma première prise de parole en public (je ne compte pas les présentations au travail) fut cet atelier sur la qualité web dans le cadre de Paris Web 2010.

Pour me faciliter le travail, il y avait peu de monde dans la salle. Je dis ça sans aucune ironie : cela nous a permis de beaucoup échanger !

Le but de l’atelier était précisément d’échanger autour de mon expérience : comment on a mis en place le poste de qualiticien web au sein d’une « agence web » intégrée dans un grand groupe financier.

D’abord, qu’est-ce que la qualité web ?

de shandopics (by-nc-nd)
"Peace on the Horizon" de shandopics (CC by-nc-nd)

En fait, il faut surtout commencer par dire ce que n’est pas la qualité web.

Ce n’est pas l’atteinte de la perfection, ni de la conformité à tout prix, ni de dire que le travail a été bien fait ou mal fait.

Le poste de qualiticien web, c’est une fonction support ayant pour but d’accompagner les équipes de production, les processus et les outils, pour leur permettre de travailler au mieux vers les objectifs fixés.

Et la qualité web, c’est la gestion de normes de qualité – objectives et mesurables – qui répondent à un objectif fixé.

Les missions de la qualité web

Les missions du qualiticien web sont au service de l’amélioration continue de la qualité.

Les audits

Les audits se font sur des référentiels choisis en fonction des objectifs de qualité visés.

Le but d’un audit n’est pas le résultat (pourcentage de conformité) mais l’analyse.

Les outils de l’audit

Le mémento des bonnes pratiques
Le mémento des bonnes pratiques
  • Les objectifs globaux (accessibilité, standards, expérience utilisateur, principes internes, etc.)
  • Les listes de critères répondant à ces objectifs :
    • Les bonnes pratiques de la qualité web Opquast
    • Accessiweb
    • référentiels internes
    • Etc.
  • Outils de suivi : Opquast Reporting, outil interne, etc.)
Opquast Reporting
Opquast Reporting

La documentation

"Sur les pas de Saint Vincent de Paul à Folleville" par luc legay (CC by-sa)
"Sur les pas de Saint Vincent de Paul à Folleville" par luc legay (CC by-sa)
  • Récolte des avis des experts, rédaction ou accompagnement de la rédaction, mise à jour et communication de documentation de référence.
  • Vulgarisation sur des points techniques particulier afin de partager et de communiquer. Exemples : fin de prise en compte du support graphique d’IE6 malgré un pourcentage encore élevé de visites.
  • Le rôle du qualiticien n’est pas d’imposer ce qu’il y a dans la documentation mais d’expliquer pourquoi tel choix va dans le sens des objectifs visés. Si une préconisation n’est pas suivie, c’est donc en connaissance de cause et des conséquences.

Les outils de la documentation

Un simple traitement de texte suffit tant que la documentation est pédagogique, vulgarisée, adaptée à son ou ses publics.  Faites des schémas, utilisez des images, donnez des sources et des références.

La veille

Le qualiticien web est sorti de la production. Il a donc une position particulièrement confortable pour faire de la veille et la transmettre.

Les outils de la veille

De nombreux outils existent à choisir selon son propre usage : gestionnaires de favoris en ligne, aggrégateur RSS, micro-blogging, laisser son adresse mail dans les salon puis se faire spammer pour d’autre salons, conférences, etc.

A propos de la veille : Faire de la veille

Le support

La qualité web s’assure que les métiers de la production ont les outils et processus nécessaires pour aller vers les objectifs de qualité choisis.
En plus de la veille, le qualiticien est vigilant par rapport aux besoins en formation.

Les outils du support

La machine à café, contacter les experts identifiés sur un sujet et les faire venir pour une formation sur mesure, etc.

La communication

"Communication" par P Shanks (CC by-nc)
"Communication" par P Shanks (CC by-nc)

La communication et la diffusion d’informations sont transverses à toutes les activités du qualiticien web qui doit permettre à tous – techniciens /  non techniciens ; convaincus / non-convaincus – de tendre en toute connaissance de cause vers les objectifs de qualité.

Les outils de la communication

Utiliser  tout ce qui est à votre porté : blog d’entreprise / intranet, réunions / petits-déjeuner, mails, etc.

Le profil du qualiticien web

Le qualiticien web est transverse à tous les métiers de la conception web. Il doit donc avoir des connaissances sur de nombreuses compétences (éditorial, webdesign, intégration, développement, référencement, ergonomie, performance, etc.) afin de pouvoir communiquer avec chacun et accorder l’ensemble.

Il porte une fonction d’évangélisation : ce doit être un communiquant et il doit faire preuve de pédagogie et d’adaptation à chacun.

Enfin, le qualiticien est au service des objectifs, y compris les objectifs business. Il est tourné vers la production et doit avoir l’esprit pragmatique (et non idéaliste dictatorial !)

En conclusion

Le poste du qualiticien web est encore émergeant. La façon dont il a été décrit ici est basé à la fois sur mon expérience propre, ce vers quoi je pense qu’il faut tendre et les manques actuels.

Lorsque le poste de qualiticien web sera intégré beaucoup plus largement, les missions décrites ci-dessus seront certainement amenées à se modifier légèrement.

Néanmoins, le poste de qualiticien web sera toujours celui de la gestion de la qualité et de l’amélioration continue.

Et à propos de la surqualité évoquée pendant les échanges :
Conformité, validation et surqualité
Quelques commentaires traînent sur le web à propos de cet atelier :

Diaporama

Ressources de référence

Ressources (françaises) de référence pour se lancer, suivre et se perfectionner dans la conception, l’intégration, le design, etc. de sites web orientés qualité, standards, accessibilité, expérience utilisateur, etc.

Vos propres références sont les bienvenues en commentaire.

(et à propos de la veille : Faire de la veille)

Articles et billets

Outil

  • Projet Opquast – Gestion de la qualité
    #qualitéweb  #referentiel #bonnespratiques
    http://www.opquast.com

Communautaire

(forum, liste de diffusion, discussion, etc.)

Événements

  • W3Café
    http://france.w3cafe.org
  • Paris Web
    #conférences #ateliers
    www.paris-web.fr

Gestion de la qualité web – Détails sur ma présentation à Paris-Web

apercu-atelier

Paris-Web, c’est donc dans moins d’une semaine.

Cette année – en plus d’avoir le bonheur de faire partie de l’équipe d’organisation une nouvelle fois – je présente un atelier (le samedi, donc) :
« Mettre en place la gestion de la qualité web« .

Mon but dans cet atelier c’est purement et simplement de vous dire comment ça se passe pour moi et mon boulot.
Ce qu’est la qualité web, les missions du qualiticien web, son rôle, etc.

Je ferais un petit zoom en particulier sur l’exercice de l’audit de qualité : à quoi il sert, comment le faire, qu’en faire ensuite.

Ben voilà. Je serais contente de vous y voir. J’aurais probablement un peu la trouille mais pas autant que de plaisir à partager ça avec vous (ben voui).

Audit de qualité – Pistes d’analyse

J’ai eu la chance de tester la nouvelle version du référentiel Opquast à titre professperso… non, à titre professionnel (avec Opquast, je ne sais jamais si je le fais pour le boulot ou pour le plaisir !)

img03

Bon, déjà, 217 bonnes pratiques à tester à la main (les tests automatiques n’étaient pas encore prêts), avec la bonne méthode (1), ben finalement, ça se fait.

Une fois que c’est fini, on a un résultat ; un pourcentage de conformité.

Ce qui me semble important – en dehors d’un état d’avancement et de marge de progression – c’est l’analyse que l’on peut en tirer.

En effet, plus que le résultat global, j’ai axé mon analyse sur :

  • les résultats par niveau
  • les résultats par « typologie » de critères

L’analyse par niveau

Constater que les résultats sont meilleurs sur les BP (Bonnes Pratiques) de niveau 1 démontre que les équipes web ont le bon esprit. Elles ne se perdent pas dans les détails et le peaufiné sans avoir traité les points importants en priorité.

Un taux de conformité globale à… disons 60% mais avec 30% de conformité en niveau 1 pour 80% de conformité en niveau 3 signifierait une mauvaises gestion des priorités et peut-être même une méconnaissance du média ! Rien que ça.

par-niveaux2

L’analyse par typologie de critères

Opquast a eu la bonne idée de classer les BP par groupes thématiques.

Avant d’analyser les résultats de mon audit, je me suis posé la question :

  • des objectifs du site,
  • et de la fréquence d’utilisation de certains éléments (ex. : tableaux, Flash) et de l’importance de l’information contenue

A l’aide de ces deux éléments, de manière naturelle, des typologies de critères se sont détachées comme étant plus stratégiques que d’autres.

Ce sont donc sur ces groupes que s’est focalisée mon attention.

En plus de l’analyse en détail, constater que la conformité globale des typologies stratégiques est plus élevée que celle des typologies mineures démontre encore que les équipes web suivent un axe logique par rapport à leurs buts.

radar

Analyse en détail

Et bien sûr, une analyse d’un audit de qualité web n’est pas, certainement pas, une suite de pourcentages et de graphiques (aussi jolis soient-ils).

Une fois qu’on s’est focalisé sur un groupe de BP, on regarde en détail les points de non-conformité.

  • Est-ce que ces points concernent tous une même étape (compétence, planning, outil) ?
  • Est-ce qu’ils sont modifiables facilement ?
  • Est-ce qu’ils font partie d’un choix stratégiques et n’ont pas à être modifiés ?

On se pose le même type de question sur les points de conformité et on se rend compte qu’on en tire rapidement des conclusions sur les axes forts et les axes faibles d’un site, d’une méthode, d’une équipe, etc.

À vos analyses !

coche

(1) Il y a, si on veut, des formations pour ça chez ces messieurs de Temesis.

Le Mémento des bonnes pratiques, v.2

Sites web - Les bonnes pratiques
Sites web - Les bonnes pratiques

Je me suis retenue d’appeler ce billet d’un intriguant « Je l’ai ! » parce que bon, c’est bien beau de relayer les bonnes pratiques éditoriales si c’est pour ne pas les respecter soi-même !
Pourtant, c’était certainement ma pensée quand j’ai reçu -gâtée que je suis- un exemplaire du tout nouveau Mémento des bonnes pratiques du web.
Bon, ok, je l’avais quelques peu réclamé… Ben quoi ?! on ne sait jamais !

Toujours est-il que je suis en mesure de vous parler de cette nouvelle version de la liste des bonnes pratiques Opquast.

Les différences d’avec la première version sont essentiellement esthétiques mais le changement est important : les couleurs sont plus contrastées et la lisibilité est meilleure.
Plus doux, plus rose, en un mot, plus sexy ; bref, le Mémento des bonnes pratiques d’Élie Sloïm est plus beau en vrai que sur le web (1).

Les bonnes pratiques n’ont pas changées (ou alors je n’ai pas été assez pointilleuse ?!). Par contre, on notera de petits et de gros changements sur le contenu « didactique » qui accompagne le référentiel.
J’aime particulièrement les « Dix principes pour la qualité web » qui mériteraient à eux tous seuls … tout un livre ! 😉

Et, ce qui n’a pas changé non plus, c’est le prix… 5 €.

Mémento Sites Web – Les bonnes pratiques
Élie Sloïm et les contributeurs Opquast

Éditions Eyrolles
Deuxième édition, Janvier 2009
(1) « Private joke » – partagée par les quelques 300 personnes qui ont assistées à Paris Web 2008 – ayant pour but d’alimenter les moteurs de recherche sur la requête « plus beau en vrai que sur le web »…

Réflexions autour de la qualité web

Qu’est-ce que la qualité ?

Lorsqu’on l’on parle ici de qualité, il ne s’agit pas d’évaluer un « bon » ou un « mauvais » travail, mais l’on parle bien d’une qualité normative, industrialisable, mesurable.

Je vois un double aspect à la qualité pour le concepteur / réalisateur de sites web.

La qualité des développements web

La qualité des développements va permettre une exploitation facilitée et performante.
La mise en place de normes – et leur suivi – assurent la maniabilité des données puisque l’ensemble est construit sur une même modèle.
Les normes sont, bien sûr, choisies et appliquées selon des critères retenus en fonction des objectifs à atteindre.

La qualité du service web

L’autre aspect de la qualité web ne concerne plus la réalisation du site mais le résultat final : la qualité du service proposé à l’internaute. Tout cela est réuni sous la notion d’expérience utilisateur.
La qualité web vise une expérience utilisateur positive : que l’internaute trouve le service dont il a besoin, qu’il l’utilise facilement et plaisamment, enfin, que cette utilisation soit efficace.

L'expérience utilisateur selon Peter Morville
L'expérience utilisateur selon Peter Morville

Comment atteindre la qualité ?

Une liste de critères de qualité

La qualité reste une notion variable. La qualité a atteindre n’est pas la même en fonction des entreprises, des pôles, du public et des objectifs à atteindre.

La qualité est donc plus une notion à évaluer et à mettre en place au cas par cas. Néanmoins, pour pouvoir être travaillée, évaluée, communiquée, etc. elle doit être objective et mesurable.
Elle peut se traduire par une liste de critères.

Des listes différents peuvent être crées en fonction des profils qui vont les utilisés : règles d’hébergement, règles de développement, règles ergonomiques, règles graphique, etc.

Cette liste ou ces listes de critères peuvent être plus ou moins longues, plus ou moins facilement applicables, plus ou moins ancrées dans les habitudes des concepteurs et des développeurs.

La mise en place ne se fait donc pas de l’état 0 à l’état final. Les critères peuvent être classés selon leur « criticité », leur facilité de mise en place, leur état (déjà appliqué ou non).

Ces listes évaluées sont ensuite utilisées pour avancer vers l’état final souhaité.

L’amélioration continue de la qualité

L’amélioration continue de la qualité web consiste à mettre des méthodes en place pour gérer les listes de critères de qualité.

Le but de cette amélioration continue n’est pas tant d’atteindre la qualité mais de tendre vers elle dans un cadre défini.

Ce cadre permet de savoir vers quoi on va, selon quelles exigences, comment on avance, etc. Cela permet également de communiquer (en interne, en externe) sur les efforts faits, les améliorations mises en place, les buts à atteindre.

L’amélioration continue de la qualité web est un chantier itératif où l’on peut traiter de l’existant comme les nouvelles pages, créer des listes de critères et appliquer les listes existantes, modifier ces critères en fonction de l’évolution du web, des exigences, des objectifs, des techniques, mettre en place de nouveaux réflexes, des nouvelles méthodes, etc.

Comment mettre en place l’amélioration continue de la qualité ?

Des hommes

Les premiers « leviers » à actionner pour mettre en place l’amélioration continue de la qualité des pages web sont les personnes amenés à intervenir sur les projets.

Il faut, bien sûr, qu’ils soient sensibilisés à la notion de qualité, à ce qu’elle représente ; ce qu’elle apporte et ce qu’elle coute.
Les notions d’amélioration continue et de chantier itératif sont clés pour bien comprendre les actions et méthodes qui seront mises en place pour la qualité.

Les objectifs (industrialisation des développements, expérience utilisateur mais aussi des objectifs spécifiques) doivent être compris.

Les moyens de sensibiliser les intervenants peuvent être :

  • la formation
  • les conférences
  • les blogs internes
  • les points d’avancement
  • les liens vers ce type de billet 😉
  • la machine à café

Les sujets sur lesquels sensibiliser sont multiples : la qualité et l’amélioration continue, l’accessibilité, les standards du web, l’ergonomie, l’expérience utilisateur, la rédaction web … ils sont aussi variés qu’il y a d’aspect à la conception et à la réalisation de pages web.

Des outils

e mémento des Bonnes Pratiques Opquast*
Mémento des Bonnes Pratiques Opquast*

L’outil auquel on peut penser immédiatement est Mon Opquast, puisque c’est un outil fait pour gérer l’amélioration continue de la qualité web mais également de se créer ses propres référentiels.

De nombreux outils existent qui permettent d’évaluer des éléments des pages web (extension Firefox, outils pour l’accessibilité, pour le référencement, etc.) Souvent, ces éléments se recouperont avec des référentiels de qualité web. Ils facilitent donc la mise en place de réflexes pour la qualité.

Un espace de « reporting » peut être un bon moyen de faire le suivi et de communiquer. Il peut prendre plusieurs formes (récapitulatif Mon Opquast, tableau partagé ou centralisé, billet régulier sur blog interne, etc.)

Enfin, on peut penser aussi aux « petits » outils mis à notre disposition pour présenter la qualité, la rappeler de façon simple. Je pense par exemple au Mémento des Bonnes Pratiques Opquast, à des cartes comme celle du W3C « Conseils pour faire des sites accessibles », etc.

Conseils pour faire des sites web accessibles - Web Accessibility initiative
Conseils pour faire des sites web accessibles - Web Accessibility initiative

Conclusion

Prendre en considération la qualité et son suivi est donc une tâche itérative qui peut être, une fois mise en place, traitée de façon légère mais continue. En effet, un ensemble d’actions, même minimes, est efficace sur la durée.

L’étape à soigner est surtout la mise en place du chantier amélioration continue de la qualité, la sensibilisation des esprits, les outils et méthodes d’action et de suivi.

Liens :
Voir aussi :

* Mémento des Bonnes Pratiques dans sa version rouge… pas dans sa nouvelle version… moi, j’dis ça…
(hi hi hi)