Référencement de Films de vampire – 2

Je m’était déjà habituée à ce que mon site de films de vampire remonte en première page et même dans les trois premiers résultats sur les combinaisons film / films / de / vampire / vampires (hi hi hi), mais là ! Voilà qu’en faisant un test hier, je me rends compte que Google a créé des liens de site pour ma filmographie :

Résultat sur Google pour "film vampire"

Et, comme le dit Ana, ma référenceuse préférée, c’est que Google trouve mon contenu pertinent ! Wahou !

Le métier de chef de projet web sur le divan du psy

(1)
(1)

Pourquoi le métier de chef de projet web plutôt qu’un autre ?

Si le poste de chef de projet web m’attire autant, je pense que c’est parce que, pour moi, il est celui qui maîtrise toutes les facettes de l’expérience utilisateur.

En effet, il n’y a qu’en ayant la main sur la totalité du projet que l’on peut intervenir de façon globale et équilibrée sur la trouvabilité du site et de ses informations, l’utilité du site, son utilisabilité, sa désirabilité, son accessibilité et sa crédibilité.

Pourquoi vouloir maitriser les facettes de l’expérience utilisateur ?

Chaque site Internet a un but. Cela peut être de vendre, d’informer, de divertir, de marquer les esprits, etc.

Ce but est atteint lorsque l’internaute ciblé arrive sur le site et y accomplit la tâche qu’on attendait de lui.
Ces deux étapes essentielles ne sont possibles que si l’internaute trouve le site (ou qu’on lui indique), comprend ce qui s’y passe, comprend ce que le site peut lui apporter et arrive à l’utiliser avec un minimum de confort.

C’est l’ensemble de ces leviers qui, travaillés, optimisés, priorisés, vont rendre la visite de l’internaute positive. Ce sont ces facettes qui font qu’un site atteint son but, est réussi.

Et pourquoi l’expérience utilisateur et pas un autre critère ?

Parce que, comme vu précédemment, l’expérience utilisateur est transverse à tous les aspects du site.
De plus, elle participe à une idée qui est tout aussi simple qu’essentielle : un site Internet est fait pour un internaute.

Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire qu’il faut penser utilisateur si on veut atteindre son but.
Quel utilisateur va avoir besoin de mon site ? comment le bon utilisateur va-t-il parvenir jusqu’à mon site ? comment lui faire comprendre qu’il est au bon endroit, ce qu’il peut faire et en quoi cela va le satisfaire ? comment lui faciliter la tâche ? etc. Tout cela est compris dans l’expérience utilisateur.

Comment alors le chef de projet web va atteindre le but d’une expérience utilisateur positive ?

Parce que les facettes de l’expérience utilisateur sont transverses aux différentes couches du site, il faut un poste transverse à toute la conception et la réalisation qui, en ayant bien compris le but du site, orchestrera ces différentes facettes.

Il peut alors normer le projet et déterminer quels sont les critères à valider pour atteindre son but.

Le respect de ces critères assurera le respect de la norme établie, la qualité du site.

Le métier de chef de projet web

Source : Paysage du temps (www.flickr.com/photos/paysage_du_temps) - licence Creative Commons
(1)

Le chef de projet web est celui qui peut gérer le projet d’un site de bout en bout.

Ses compétences doivent être multiples pour pouvoir échanger avec chacun des intervenant.

Il doit également avoir une excellente vision d’Internet, des usages, des internautes.

De plus, il doit connaitre les contraintes d’une entreprise (celles du client comme celles de l’agence web).

Ce qui fait, si on résume, des connaissances en : e-marketing, ergonomie, webdesign, intégration, développement, performance web, référencement naturel et payant.

Le but n’est pas que le chef de projet web fasse toutes ou l’une de ces tâches mais qu’il puisse intervenir sur chacune, alerter les uns sur le contraintes des autres, faire dialoguer les acteurs du projet sur des point qui nécessitent coordination et, le cas échéant, arbitrer.

De plus, à chaque étape, il est celui qui a une vision globale du projet.

Le chef de projet web doit donc être curieux de tout, ouvert et prêt en permanence à remettre ses connaissances en jeu (ben… comme tous ceux qui travaille sur le web, quel que soit le métier !)

Il doit avoir un excellent relationnel, savoir gérer les conflits et savoir arbitrer une situation, faire des choix.

Il doit être organisé et avoir un esprit de concision car c’est sur lui que se reposeront tous les acteurs du projet pour en connaitre le suivi, pour communiquer la totalité des informations.

Enfin, il doit savoir organiser un pot, parce que bon, un projet bien (ou mal) mené, ça mérite bien un pot !

(1) Le chef en action par Paysage du temps – Utilisée et modifiée sous licence Creative Commons

Le Mémento des bonnes pratiques, v.2

Sites web - Les bonnes pratiques
Sites web - Les bonnes pratiques

Je me suis retenue d’appeler ce billet d’un intriguant “Je l’ai !” parce que bon, c’est bien beau de relayer les bonnes pratiques éditoriales si c’est pour ne pas les respecter soi-même !
Pourtant, c’était certainement ma pensée quand j’ai reçu -gâtée que je suis- un exemplaire du tout nouveau Mémento des bonnes pratiques du web.
Bon, ok, je l’avais quelques peu réclamé… Ben quoi ?! on ne sait jamais !

Toujours est-il que je suis en mesure de vous parler de cette nouvelle version de la liste des bonnes pratiques Opquast.

Les différences d’avec la première version sont essentiellement esthétiques mais le changement est important : les couleurs sont plus contrastées et la lisibilité est meilleure.
Plus doux, plus rose, en un mot, plus sexy ; bref, le Mémento des bonnes pratiques d’Élie Sloïm est plus beau en vrai que sur le web (1).

Les bonnes pratiques n’ont pas changées (ou alors je n’ai pas été assez pointilleuse ?!). Par contre, on notera de petits et de gros changements sur le contenu “didactique” qui accompagne le référentiel.
J’aime particulièrement les “Dix principes pour la qualité web” qui mériteraient à eux tous seuls … tout un livre ! 😉

Et, ce qui n’a pas changé non plus, c’est le prix… 5 €.

Mémento Sites Web – Les bonnes pratiques
Élie Sloïm et les contributeurs Opquast

Éditions Eyrolles
Deuxième édition, Janvier 2009
(1) “Private joke” – partagée par les quelques 300 personnes qui ont assistées à Paris Web 2008 – ayant pour but d’alimenter les moteurs de recherche sur la requête “plus beau en vrai que sur le web”…

Bien soigner la navigation d’un site

Pourquoi soigner la navigation d’un site

La navigation comprend dès éléments tels que le menu, le footer mais également les chemins de fer(1), les liens de contenu, les éventuels pavés contextuels, etc.

Tous ces éléments forment un tout qui, bien sûr, permet de passer de page en page, mais permet aussi à l’internaute de se repérer dans le site et de comprendre quelles informations il va trouver dans quel contexte.

Enfin, en plus de l’internaute, c’est le moteur de recherche a qui une navigation soignée va servir. Le référencement naturel n’en sera que meilleur.

Bien réfléchir à la navigation d’un site au moment de sa conception, participe donc à deux critères de l’expérience utilisateur : l’utilisabilité et la trouvabilité.

Comment soigner la navigation d’un site

Le menu

Le menu est, bien sûr, un élément central du site et de sa navigabilité.

En tant qu’élément récurrent, dans les sites web, les internautes sont habitués à y trouver les rubriques du site. Il peut donc être un premier indice du contenu du site et de ce qu’on y trouvera. Le découpage et le nommage des rubriques est donc primordial et doit bien correspondre au contenu effectif.

Le rendu graphique du menu est bien sûr important. Il doit être différencié du reste du contenu et lisible. Pensez au critères d’accessibilité (contraste des couleurs de fond et de texte, par exemple). Méfiez-vous également des menus qui, pour être plus jolis, utilisent des images plutôt que des typographies systèmes : le référencement en sera moins bon.

Mis à part la mise en forme d’une rubrique qui peut changer en fonction du contexte (onglet de couleur différente lorsqu’on navigue dans la rubrique en question), le menu doit être au même endroit et avec le même rendu graphique et le même contenu sur toutes les pages. C’est un élément de repérage important ; il ne doit pas “bouger”.

Le chemin de fer

Le chemin de fer aide l’internaute a s’y retrouver dans un site. Il devient indispensable à partir du moment où l’arborescence à plus de deux niveaux.

Le chemin de fer contient deux types d’éléments qui doivent être différenciés : les pages parentes et la page en cours. Les items de pages parentes sont des liens vers les pages en question et la page en cours est du simple texte (pas de lien vers elle-même). Cette différence devrait également être relayée par du graphisme.

Chacun de ces items, pages parentes ou page en cours, doivent, pour des raisons de repérage, reprendre le titre de la page (qui reprend lui-même, le cas échéant, le titre de rubrique utilisé dans le menu).
Par exemple, si dans mon menu j’ai une rubrique “Accessibilité des pages web”, la page vers laquelle pointe ce lien a pour titre “Accessibilité des pages web”. Les sous-pages de cette rubrique, dans leur chemin de fer contiennent alors un item de page parente “Accessibilité des pages web”.
Cette bonne pratique est également très utile pour optimiser une requête donnée sur une page et donc augmenter la qualité de son référencement naturel.

Pour coder le chemin de fer, vous pouvez aller consulter ces deux articles de vrais pointilleux (que j’adore ça !) : Fil d’Ariane et sémantique et Fil d’Ariane et sémantique (à nouveau).

Les liens de contenu

Les liens insérés dans un texte sont facilement lus, sont compréhensibles car contextualisés et sont fréquemment suivis. Pensez-donc, quand c’est pertinent, à rendre une allusion à une autre page du site cliquable. Là encore, l’idéal est que ce morceau de texte cliquable soit le titre de la page (que l’on retrouve dans le chemin de fer, dans le menu…)

Si un lien pointe vers un autre site, il faut le préciser. Utiliser pour cela l’info-bulle (attribut title) afin d’avertir votre internaute qu’il change de site. Cette information peut également être relayée par un pictogramme (comme le fais Wikipédia, par exemple au bas de l’article navigation).

Le plan du site

Le plan du site est indispensable, à mon sens, quel que soit l’étendue de votre site.
Il permet à l’internaute de se rendre compte du contenu d’un site dans sa globalité ; il permet à un moteur de recherche de trouver la totalité des pages d’un site.

Là encore, les items du plan du site doivent reprendre les libellés des titres de page.

Si la navigation utilise des couleurs, ces couleurs doivent être reprises dans le plan du site.

Pour en savoir plus sur le plan du site, consulter Concevoir un plan de site.

La page d’erreur

Même si on s’en passerait bien, la page d’erreur fait partie de la navigation d’un site.

Elle ne doit pas laisser l’internaute dans un cul-de-sac mais lui donner des éléments pour continuer de naviguer. Un lien vers la page d’Accueil est un minimum, une incitation à utiliser le moteur de recherche est une très bonne idée, une reprise du plan du site est indispensable.

Le moteur de recherche

La complexité du site imposera ou non la présence d’un moteur de recherche.

Conclusion

On le voit, les éléments de navigation d’un site sont nombreux et variés. Cela n’a rien d’étonnant le lien étant la particularité même du web. Pour autant, ces liens sont à traités de manière soignée et adaptée à leur fonction. Les principes vus ci-dessus s’appliqueront à chacun des éléments de votre navigation.

(1) D’après le mythe d’Ariane, le fil d’Ariane permet de repasser exactement par le chemin que l’on vient d’emprunter. Or un internaute n’emprunte pas forcément le chemin hiérachique des pages pour naviguer. Il peut également passer par des liens de contenu, le plan du site, etc. Le terme “chemin de fer” relaye l’idée que les items seront repris selon leur place dans l’arborescence du site.
Le fil d’Ariane correspond plus à “Vous êtes passer par…” et le chemin de fer correspond à “Cette page se situe…”. A vous de voir celui que vous souhaitez mettre en place.