HTML et Internet (Initiation au HTML 2/5)

Historique

Internet a initialement été créé par les militaires américains dans les années 60 afin de partager des informations sur un réseau. Internet est ensuite passé dans le domaine universitaire avant de s’ouvrir tel qu’on l’on connaît actuellement : un réseau international accessible à tous.
Il s’agit en fait d’un réseau d’ordinateurs qui hébergent les pages web (les serveurs) qui sont connectés les uns aux autres.

HTML est l’acronyme de Hyper Text Markup Language, soit un langage de marquage hypertexte.
Ce langage a été crée afin de structurer les informations mise à disposition sur Internet.
Sa particularité est certainement le lien hypertexte qui permet de passer d’une page à l’autre en cliquant sur des mots-clé.

L’environnement

L’environnement utilisateur

Le lecteur d’un site Internet a besoin de plusieurs outils pour accéder à une page :

  • un modem. Il peut être bas-débit (jusqu’à 28k) ou haut-débit (ADSL) et jusqu’à très haut-débit (20 M, par exemple).
  • un agent utilisateur. C’est-à-dire, le logiciel qui reçoit les pages et est capable de les interpréter et les afficher. Internet Explorer ou Safari, par exemple.
  • un système d’exploitation, dans lequel est installé l’agent utilisateur
  • une machine : ordinateur, PDA, mobile…
Exemples d’environnement client
Exemples d’environnement client

L’environnement du client auquel on s’adresse peut donc se présenter sous différentes combinaisons : bas-débit / Internet Exploreur / PDA, haut-débit / Safari / ordinateur, etc.

Il faut rajouter à cela le nombre de couleurs que l’écran affiche, la résolution, l’activation ou non du son. Sans compter les particularités de l’internaute : mauvaise vue, daltonisme, problèmes moteurs… Il est donc impossible de savoir à l’avance dans quelles conditions le site que l’on conçoit va être vu.

Pourcentage de navigateurs utilisés en France en Avril 2006 (statistiques de fréquentation du site Linternaute.com, 4,5 millions de visiteurs uniques par mois en mars 2006)
Pourcentage de navigateurs utilisés en France en Avril 2006 (statistiques de fréquentation du site Linternaute.com, 4,5 millions de visiteurs uniques par mois en mars 2006)

Les échanges client / serveur

Le poste du visiteur est appelé client. Lorsque l’internaute demande une URL, une adresse à son navigateur (ou autre agent utilisateur) ou qu’il clique sur un lien, le navigateur envoie, via le modem, une requête.

Pour trouver le serveur à qui la requête est adressée, il interroge une machine ayant la liste des noms de domaines et l’adresse IP qui leur correspond. Comme le nom de domaine est indiqué dans l’adresse, il retrouve l’IP qui lui permet de se diriger vers le serveur concerné.

Il interroge le serveur. Celui-ci lui répond et lui envoie une copie de la page demandée. La page est rapatriée sur le poste client et le navigateur peut l’afficher.

Les échanges client / serveur
Les échanges client / serveur

Initiation au HTML – Plan de l’article complet

Pourquoi l’accessibilité ?

L’accessibilité, c’est rendre un site navigable par tous, quelque soit le matériel utilisé (lecteur vocaux, par exemple), quelque soit le handicap (moteur, par exemple), quelques soient les choix du visiteur (javascript désactivé, par exemple).
D’un point de vue social et éthique, c’est déjà beaucoup, mais l’accessibilité apporte d’autres avantages encore. En terme de développement, l’accessibilité représente quelques lignes de codes en plus, quelques infos utiles, l’utilisation de la balise adéquate… Le « coût » est faible et les gains sont variés et ne profitent pas qu’aux seuls internautes handicapés.

En Février 2005, la Loi sur l’Accessibilité Numérique laissait aux quelques 5000 sites publics français jusqu’à 3 ans pour être accessible à tous. Plusieurs sites privés, pourtant non concernés par cette obligation, ont d’ores et déjà fait le choix de l’accessibilité. On peut penser qu’ils ont anticipé une généralisation de la loi, aux sites commerciaux, par exemple, et se sont alignés. Mais le premier impact pour eux, en plus de s’ouvrir à une part supplémentaire de la population, est, bien sûr, l’image de marque, l’impression donnée qui va de l’ouverture d’esprit au respect du visiteur.

Et le nombre de visiteurs à bénéficier de ces efforts est bien plus important qu’on ne se l’imagine. Il y a d’abord, bien sûr, les non-voyants, les handicapés moteurs. Mais les obstacles que l’accessibilité abat concernent aussi les personnes âgées, malvoyantes, les handicapés mentaux… En tout, 30% de la population française déclare rencontrer des difficultés, plus ou moins importante*. 30% de la population qui bénéficient directement des mesures d’accessibilité. Car indirectement, nous en profitons tous. En veillant à des impératifs d’accessibilité, on met à la disposition de chaque visiteur des infos pratiques en plus, on veille à avoir une navigation fluide, on laisse beaucoup de liberté à chacun quand à l’affichage.

Non seulement le site y a gagné en ouverture vers ses visiteurs, mais il y gagne aussi en qualité de code et toutes ses considérations optimisent son référencement. Il ne s’agit pas de miracle ou de techniques pointues propres aux référenceurs, mais de détails auxquels les moteurs de recherche seront sensibles : des titres de liens renseignés, des balises sommary et caption détaillées, l’attribut longdesc utilisé à bon escient… sont autant d’informations données aux moteurs de recherche, cernant ainsi mieux votre page et votre site.

Le développement d’un site en considérant les points d’accessibilité vous permet donc d’obtenir un code plus propre, plus efficace, ergonomique et ouvert à tous. Des articles à venir vous détaillerons, de manière pratique, comment faire. Pour les plus curieux, voici quelques liens utiles :