W3Espresso du 15/05/09 – Compte-rendu

C’est Aurélien qui en parle le mieux 😉

halls beer burger, chouffe, cuba libre, welch, il parait que paul connait un peu Firefox, laaaaapin, hadopi, ARIA, ...
hall s beer burger, chouffe, cuba libre, welch, il parait que paul connait un peu Firefox, laaaaapin, hadopi, ARIA, ...

Je voudrais en rester là car tout est dit, mais je profite tout de même de ce mini-billet pour remercier “les gentils organisateurs” et pour témoigner, comme d’autres, de mon plaisir d’avoir été là à partager un moment “entre nous”.

Voir aussi :
La page du W3Espresso du 15/05/09
Pour ne pas rater le prochain : Flux RSS du site W3Café France
Aurélien, qui en parle si bien : fairytells

L’appel à propositions de Paris-Web 2009 est officiellement lancé

Paris-Web 2009

Certains d’entre-vous sont tentés … c’est le moment d’oser. Certains sont sollicités, poussés par d’autres … faites les taire ! D’autres savent pertinemment qu’ils ont des choses à dire … il y a du monde pour l’entendre !

L’esprit reste celui des sites et applications web de qualité, standards et accessibles. Néanmoins, l’accent sera particulièrement mis sur le webdesign, le mobile et la sécurité.

Tous les détails sont dans l’appel à propositions.

Si vous voulez voir ce qui a déjà été fait (et surtout ce qui n’a pas encore été traité !) :

Vous avez jusqu’au dimanche 24 mai pour peaufiner votre proposition.

Building a hackable world

Aujourd’hui, j’ai appris quelque chose.

Aujourd’hui, j’ai appris que je suis un hacker très pointu. Et oui !

En fait, au Mozilla Labs Café d’aujourd’hui, au milieu de plein d’informations sur les Labs, les add-ons et l’innovation chez Mozilla, j’ai retenu le sens du mot “hacker“. Dans son sens originel, “to hack” veut dire bidouiller, fouiner, etc. Bref, hacker un produit c’est chercher à trouver ses limites, le tester.

En nous expliquant cela, Tristan Nitot mettait en avant le fait de construire un monde “bidouillable” – “building a hackable world“- et de modifier plutôt que de consommer passivement.

Et c’est ça, Internet. Et c’est ça aussi qui me plait sur Internet, cette possibilité de s’approprier le média, les sujets, les outils et d’en faire un support totalement personnalisé qui réponde à nos attentes propres et précises … qui se trouvent être les attentes précises de milliers (?) d’autres personnes.

(1)
(1)

Mise à jour du 06/10/2009 :

Et pour plus de détails, Tristan Nitot traduit l’idée et la définie : Bidouillabilité : une définition

(1) Outils – utilisée et modifiée sous licence Creative Commons.

Tous les chemins mènent aux standards

Ou comment, par un biais détourné, un portail des jeux en ligne incite toute une communauté de développeurs à respecter les standards :

Le PBeM Rank (ou PR) est un indice attribué aux sites de jeux par internet. Cet indice est calculé en fonction de critères techniques (…). Il y a beaucoup de critères, mais parmi ceux là, vous avez notamment (…) la validité du code

Les concepteurs de jeux ont réagit et cherchent à rendre leurs pages valides. Et qu’importe que cela soit pour une raison autre que la qualité, ce qui compte, c’est qu’ils vont y être sensibilisés, qu’ils testent leurs pages dans le validateur du W3C et, qui sait, peut-être auront-ils envie d’aller plus loin.

A quand l’accessibilité prise en compte dans le PBeM Rank ?! 😉

Paris Web 2008 – La boîte à souvenirs

Le site de l’édition 2008 :

Les “twitts” :

Les photos :

Les croquis (et oui !) :

Les présentations :

Et voilà la mise à jour tant attendue ; la totalité des présentations sont accessibles : Présentation des conférences Paris web.

Les ateliers

Les comptes-rendus :

Les vidéos :

Mise à jour pour indiquer le lien le plus précieux : 😉

Les favoris :

Tout ce billet sera complété au fur et à mesure de la mise à disposition des présentations, des vidéos, etc.

Utilisabilité et interfaces riches – Journée Mondiale de l’Utilisabilité

Je souhaite m’attarder sur trois points de cette soirée : la présentation de Fred Cavazza, la conférence de Patricia Gallot-Lavallée et enfin, la notion d’interface holistique.

Utilisabilité et interfaces riches

Fred Cavazza défini l’utilisabilité comme étant la faculté d’un produit à être utile, utilisable et utilisé et les interfaces riches comme étant de nouvelles possibilité d’affichage.

Dans les deux cas, il s’agit d’améliorer l’existant ou de faire de nouvelles choses.

L’utilisation de système d’interfaces riches implique de ne plus penser en terme de page mais en terme d’îlots. C’est tout un nouveau raisonnement, de nouveaux usages.

Néanmoins, l’émergence des interfaces riches ne veut pas forcément dire interfaces “lourdes”. Bien au contraire, les interfaces riches peuvent permettre d’alléger l’affichage en ne dévoilant des éléments qu’en fonction de l’action de l’internaute, par exemple.
Par contre, le web va pouvoir se doter de plus d’interactivité, de plus se ressenti, de la robustesse et des usages hérités des applications…

Je rajouterais que l’utilisation des interfaces riches impliquent certains questionnement en matière d’ergonomie et je renvoie alors vers la conférence “Ergonomie et interfaces riches” de Amélie Boucher qui a eu lieu le lendemain lors de Paris Web 2008. (1)

RIA et systèmes de navigation

Patricia Gallot-Lavallée, auteur de 60 modèles de navigation, nous a donné sa vision des interfaces riches. Une phrase clé a rapidement attirée mon attention : elle ne s’est pas présentée comme une convaincue des interfaces riches mais, accessibilité en tête, elle dit les aborder a priori avec circonspection.
Néanmoins, selon elle, il faut maintenir l’internaute dans un état de découvertes et lui présenter les choses de manière ludique.
Le parallèle qu’elle a fait avec la conception de jeu vidéo est très intéressant.
Pour garder un bon “gameplay”, il faut savoir maintenir le joueur dans un état entre la maîtrise et l’excitation.
Comme le faisait remarquer Fred Cavazza, cela va à l’encontre du principe ergonomique selon lequel on doit tout faire pour simplifier la tâche de l’utilisateur.
Néanmoins, il est vrai qu’une partie au moins de la population d’Internet est friande d’innovation et c’est aussi cette portion qui tirent les usages vers le haut.

Bon, je dois tout de même avouer une déception dans la présentation de Patricia Gallot-Lavallée : moi qui suis son blog, j’espérais qu’elle ne résisterait pas à l’envie de se servir de son mini vidéo-projecteur !

Une approche holistique des interfaces riches

“holisme ontologique : système de pensée pour lequel les caractéristiques d’un être ou d’un ensemble ne peuvent être connues que lorsqu’on le considère et l’appréhende dans son ensemble, dans sa totalité, et non pas quand on en étudie chaque partie séparément.” (Source : Wikipédia)

Ce que je retient de l’approche holistique au moment de concevoir une interface, c’est de ne pas prendre en compte uniquement l’application et l’utilisateur de l’application mais bien l’ensemble de la chaîne dans laquelle l’application s’inscrit. L’orateur, Dick Lantim, citait l’exemple d’un site de livraison de colis. L’ajout du numéro de téléphone du destinataire est devenu, au sein de l’interface, un élément obligatoire quand on a constaté, sur le terrain, que de nombreux colis ne pouvaient être livrés pour cause d’absence du destinataire. Pouvoir l’appeler est convenir avec lui d’un arrangement a permis de livrer beaucoup plus de colis qu’avant.

Rappel du programme :

1. Utilsabilité et interfaces riches – F. Cavazza
2. RIA et système de navigation – P. Gallot-Lavallée – Kenazar
3. RIA et applications métier – Mathieu Isaia et Emmanuel Lévi-Valensi – PIA
4. RIA et sites grand public – tequilarapido
5. RIA et expérience utilisateur – Thibault Imbert, Michael Chaize et Sam Woodman – Adobe
6. Approche holistique des interfaces riches – Dick Lantim – Microsoft

(1) Voir Ergonomie des interfaces riches – Amélie Boucher

Accessibilité + Utilisabilité + Paris Web = :)))

Les prochains événements auxquels je vais assister / participer :

Utilisabilité et interfaces riches

Événement français de la Journée Mondiale de l’utilisabilité : Word Usability Day.

Cela se passera à Paris, le 12 Novembre et c’est organisé par Fred Cavazza. Je suis particulièrement intéressée par les conférences abordant le thème des interfaces riches via l’expérience utilisateur ou encore en soulevant le problème de contraintes, des inconvénients à prendre en compte pour de bonnes interfaces riches.

Paris Web 2008

LE cycle de conférences à ne pas rater !

Cette année, les choses se corsent ! Il faut choisir entre des conférences “techniques” et des conférences “décideurs” qui se déroulent en même temps. Mon métier et mes centres d’intérêt m’amène à vouloir les suivre … toutes 😀

Serait-ce pour compenser ce choix difficile ? je me suis inscrite partout : conférences jeudi et vendredi, apéro communautaire vendredi et ateliers du samedi !

Accessibilité

Pourquoi Accessibilité ? Parce que j’ai la chance, dans les jours à venir, d’assister à deux formations sur l’accessibilité : une formation technique et une sensibilisation de l’accessibilité destinée aux décideurs.

Les deux étant assurées par l’équipe de Temesis …et oui ! 😛